Faurecia vend sa division AST au groupe allemand Adler Pelzer

L’équipementier français Faurecia a annoncé, jeudi 18 février, la signature d’un protocole pour céder au groupe allemand Adler Pelzer (APG) sa division d’acoustique et de garniture d’insonorisation.

Faurecia a confirmé la signature d’un protocole, avec le groupe allemand APG, pour vendre AST. L’allemand, spécialisé dans les composants et systèmes acoustiques et thermiques, devrait faire l’acquisition des huit usines et du centre de R&D de la division de l’équipementier français. Situé principalement en France, mais aussi au Luxembourg, au Royaume-Uni, en Espagne et en Pologne, AST emploie 1 820 personnes et a enregistré, en 2019, un chiffre d’affaires de 385 millions d’euros. Avant d’être concrétisé, le projet doit encore être présenté aux représentants des salariés et soumis à l’autorisation des autorités européennes compétentes en matière de concurrence.

Le directeur général de Faurecia, Patrick Koller, explique : “Nous avons pris la décision de concentrer nos investissements sur les principales lignes de produits de Faurecia Interiors, pour lesquelles nous avons des positions de leader mondial en termes de marché et de technologie“. Il ajoute que Faurecia “est convaincu que le meilleur avenir pour AST se trouve au sein d’Adler Pelzer, en raison des fortes complémentarités et positions de marché d’APG“.

“Devenir un leader mondial de l’acoustique”

Pour Pietro Lardini, directeur général d’Adler Pelzer, le rachat est une occasion à ne pas manquer : “Cette acquisition constitue une étape dans la réalisation de la vision d’APG de devenir un leader mondial de l’acoustique, en tant qu’investisseur industriel impliqué sur le long terme dans l’industrie automobile et ayant fait ses preuves en matière de croissance“.

En fin d’année 2020, l’actionnaire majoritaire de Faurecia, PSA, avait cédé 7 % de son capital, avant la concrétisation de Stellantis avec Fiat-Chrysler. Le groupe doit encore distribuer 39 % du capital aux actionnaires de Stellantis. Une nouvelle qui n’avait pas fait plaisir aux investisseurs, puisque le jour de l’annonce, à la bourse de Paris, le titre avait chuté de plus de 10 % (avec AFP)

En savoir plus sur les prix immobilier