Google va payer 76 millions de dollars aux médias français pour mettre fin à une longue dispute sur les droits d’auteur, mais tout le monde n’est pas content – RT Business News

Alphabet’s Google aurait accepté de verser 76 millions de dollars de compensation à un groupe d’éditeurs de presse français pour régler un litige d’un an sur les règles de droit d’auteur édictées par les autorités françaises en vertu de la législation européenne.

La rémunération du géant américain de la technologie sera partagée entre 121 publications d’information françaises nationales et locales, a révélé l’accord-cadre vu par Reuters.

Selon les documents, Google paiera 22 millions de dollars par an pendant trois ans. L’entreprise versera également une compensation de 10 millions de dollars au même groupe en échange d’un engagement à ne pas entamer de procédure judiciaire pour les revendications de droits d’auteur pendant trois ans.



Egalement sur rt.com
Dix États américains poursuivent Google pour collusion avec Facebook afin de truquer le marché de la publicité en ligne


Google avait précédemment annoncé l’accord avec l’Alliance de la Presse d’Information Générale (APIG), un groupe de pression représentant les principaux éditeurs français. Cependant, la société n’avait pas divulgué les détails des conditions financières.

En avril dernier, l’Union européenne a approuvé une nouvelle législation, qui a créé ce qu’on appelle les droits de voisinage. Cette loi oblige les principaux fournisseurs de plateformes technologiques à ouvrir des discussions avec les propriétaires de médias sur l’utilisation des contenus d’information. La directive confère aux éditeurs le droit de recevoir une compensation lorsque leur contenu est utilisé par les plateformes. L’accord entre les médias français et Google fait suite à la mise en œuvre de la nouvelle règle par la France.



Egalement sur rt.com
Google dénonce la nouvelle législation européenne qui remet en cause la suprématie des géants de la technologie


Cette décision aurait provoqué un mécontentement généralisé chez de nombreux autres fournisseurs d’informations français, qui n’appartiennent pas au groupe. Le système a été décrit comme injuste et opaque, puisque Google refuse de donner accès aux données montrant combien d’argent il génère à partir des actualités.

“Ces accords opaques ne garantissent pas le traitement équitable de tous les éditeurs de presse, puisque la formule de calcul n’est pas rendue publique. Google a profité de nos divisions pour faire valoir ses intérêts”. a déclaré Spiil, le syndicat des éditeurs indépendants de nouvelles en ligne, cité par l’agence.

Pour plus d’articles sur l’économie et les finances, visitez la section “Entreprises” de RT

Estimez votre maison en ligne