La chasse à la maison en … France

Ce bateau de 125 pieds péniche est ancré sur la rive droite de la Seine, au centre de Paris, à quelques pas d’attractions comme le jardin des Tuileries et le Louvre.

Construit en 1920 en fer, en teck et en acajou, et autrefois utilisé pour transporter du sable à travers la France, le bateau-maison abrite actuellement un appartement de deux chambres et deux studios, pour une surface totale d’environ 2 000 pieds. Elle a été rénovée en 2013.

“Quand vous êtes dehors sur la terrasse, à l’étage, c’est comme si vous viviez dans une carte postale”, a déclaré Leandra Choay, agent de Belles Demeures de France, une filiale de Christie’s International Real Estate, qui possède la liste. “Vous avez l’Assemblée nationale, vous avez le Musée d’Orsay, vous avez une vue sur la Tour Eiffel, vous avez une vue sur le Grand Palais”.

Une rampe du quai mène à l’appartement principal de 1 290 pieds carrés. Un court escalier mène à l’espace de vie, qui comprend un salon et une salle à manger ainsi qu’une cuisine à l’arrière.

Le salon en contrebas a un sol en teck, une bibliothèque intégrée et une lucarne. La salle à manger est située deux marches plus haut, avec plusieurs fenêtres donnant sur la rivière, une autre lucarne et une table pour six personnes. (Le mobilier est disponible à la vente, a déclaré Mme Choay.) La cuisine fermée est équipée d’étagères ouvertes, de comptoirs pour deux personnes et d’une fenêtre traversante donnant sur le salon.

Les deux chambres à coucher se trouvent dans un petit couloir du salon et partagent une salle de bains avec baignoire et douche.

Derrière la cuisine se trouve le plus petit des deux studios, qui fait 215 pieds carrés et comprend une salle de bain et une kitchenette. Le studio situé à l’arrière, qui fait 430 pieds carrés, est loué pour environ 10 000 euros (11 200 $) par an. Chaque studio dispose d’une terrasse privée.

Selon Mme Choay, ce système convient aux familles ayant des enfants adolescents ou adultes. “Les deux studios ont un accès extérieur indépendant, mais ils pourraient être ouverts pour faire partie de l’appartement principal”, a-t-elle déclaré.

Deux places de parking se trouvent à côté de la péniche, et l’accès au quai est privé. De nombreuses attractions du centre de Paris se trouvent à proximité : Le Petit Palais et le Grand Palais se trouvent de l’autre côté de la rue, le Louvre est à quelques pas et le Musée d’Orsay se trouve directement de l’autre côté de la Seine. La station de métro la plus proche est à cinq minutes à pied et l’aéroport Charles de Gaulle est à environ 40 minutes en voiture.

Le prix moyen d’un appartement existant à Paris (par opposition à une nouvelle construction) a dépassé son pic de 2011 au début de 2019 et continue d’augmenter, a déclaré Kathryn Brown, directrice des opérations de l’agence immobilière Paris Property Group.

Selon le rapport de la ville association des notairesLe prix de vente moyen dans la zone la plus chère, le sixième arrondissement, est passé d’environ 11 300 euros le mètre carré en janvier 2015 à environ 14 000 euros le mètre carré en janvier 2019. Dans le quartier le plus abordable, le 19e arrondissement, le prix de vente moyen est passé de 6 500 euros le mètre carré en janvier 2015 à 8 350 euros le mètre carré en janvier 2019.

La hausse des prix peut être en partie attribuée à la demande perpétuellement élevée et à l’offre limitée sur le marché du logement à Paris, où les nouveaux développements sont rares, a déclaré Charles-Marie Jottras, le président de Daniel Féau et de Belles Demeures de France, une agence immobilière de luxe. D’autres facteurs récents, selon les agents, comprennent les faibles taux d’intérêt et la sortie imminente de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, qui a incité les Français vivant en Grande-Bretagne et les Britanniques ayant des liens avec la France à acheter des biens immobiliers à Paris.

L’administration du président Emmanuel Macron a également attiré les acheteurs de luxe en inversant les taxes sur les riches promulguées par son prédécesseur, François Hollande, a déclaré Alexander V.G. Kraft, le président de Sotheby’s International Realty France-Monaco. De nombreux acheteurs fortunés, qui avaient quitté la France ou choisi d’attendre, sont revenus en grand nombre sous M. Macron, provoquant “presque une frénésie”, a déclaré M. Kraft.

“L’année dernière, nous avons vu de grandes propriétés se vendre en 24 heures, comme à Londres et à New York il y a de nombreuses années”, a-t-il déclaré. “C’est quelque chose d’inédit à Paris ou en France”.

Bien qu’il y ait de nombreux studios et appartements d’une chambre à Paris, les unités de taille familiale sont rares et ont tendance à se vendre rapidement, a déclaré M. Jottras. Les maisons dans les “arrondissements bourgeois” – les 6e, 7e et 8e, ainsi que le 16e plus calme et plus familial – sont toujours en demande, a-t-il dit. Mais avec les acheteurs qui se font payer dans le centre et l’ouest de la ville, a-t-il ajouté, la définition d’un quartier désirable s’élargit.

“Paris est en train de devenir une grande ville bourgeoise. Il y a moins de différences sociologiques qu’auparavant”, a déclaré M. Jottras. “Si vous voulez vivre à Paris, vous devez avoir de l’argent – presque partout.”

M. Kraft a déclaré qu’il s’attendait à ce que le marché commence à se stabiliser alors que les acheteurs rechignent à augmenter les prix – mais pas dans les quartiers en pleine gentrification : “Nous ne sommes qu’au début de cette courbe, il est donc encore temps d’y entrer. Et je pense que les prix vont augmenter dans ces quartiers”.

Mais Pierre-Alain Conil, associé de la société notariale parisienne Morel d’Arleux Notaires, a prédit que les prix continueront à augmenter dans toute la ville, en raison des faibles taux d’intérêt et de l’offre limitée de logements.

“Il y a cinq ans, nous pensions déjà être au sommet”, a-t-il dit. “Il y a deux ans, nous pensions être déjà au sommet. Il semble que cela va rester comme ça au moins pendant quelques années.”

Les acheteurs à Paris se sont historiquement répartis de manière égale entre les Français et les étrangers, a déclaré M. Kraft. Mais depuis deux ou trois ans, on constate une évolution vers les acheteurs nationaux, qui “rattrapent leur retard, pour ainsi dire”, a-t-il ajouté.

En ce qui concerne les étrangers, M. Kraft a déclaré que l’année dernière, son agence a eu des clients aux États-Unis, en Chine, au Qatar, en Arabie Saoudite, en Allemagne et en Suisse.

M. Conil a déclaré avoir constaté une augmentation du nombre d’acheteurs ayant des liens avec la Grande-Bretagne. “Ils craignent de ne pas être autorisés à rester au Royaume-Uni après Brexit”, a-t-il déclaré. “Ou bien ils craignent que la livre ne baisse après Brexit, donc ils veulent investir en Europe.”

Mme Brown travaille avec des acheteurs anglophones, pour la plupart des États-Unis, du Canada, de la Grande-Bretagne et de l’Australie. Ces acheteurs ne se déplacent pas, dit-elle ; ils investissent ou veulent un pied-à-terre, ou les deux.

Il n’y a pas de restrictions pour les étrangers qui possèdent des biens en France. Ce sont des notaires ayant une formation juridique, plutôt que des avocats ou des agents immobiliers, qui s’occupent des transactions en France, a déclaré M. Conil.

Le total des frais payés par l’acheteur, y compris les frais de notaire, est dégressif, de sorte que le pourcentage diminue à mesure que le prix du bien augmente ; ils représentent généralement environ 7,5 % du prix de vente.

Il peut être difficile pour les non-résidents d’obtenir un prêt hypothécaire, a déclaré M. Conil. Le processus prend environ deux mois, et les banques ont tendance à limiter les prêts à 50 à 70 % du prix de vente.

“Seule une poignée de banques françaises travaillent encore avec des citoyens américains, en raison de la réglementation du FATCA”, a-t-il déclaré, se référant au Foreign Account Tax Compliance Act, lois fiscales américaines auxquelles les banques étrangères doivent se conformer. Il est donc essentiel de prévoir un prêt hypothécaire, a-t-il dit.

Français ; euro (1 euro = 1,12 $)

Il n’y a pas de taxe foncière sur cette maison, bien que le propriétaire paie environ 1 050 euros (1 170 $) par mois, ce qui comprend une taxe d’habitation, ainsi que les frais de quai et de stationnement, a déclaré Mme Choay. L’eau et l’électricité coûtent environ 200 euros (225 $) par mois.

Leandra Choay, Belles Demeures de France, 011-33-6-9803-4624 ; christiesrealestate.com

Pour recevoir chaque semaine par courrier électronique des mises à jour sur l’actualité de l’immobilier résidentiel, inscrivez-vous ici. Suivez-nous sur Twitter : @nytrealestate.



Estimez votre maison en ligne