Le dernier défi de Silvio Berlusconi : faire monter Monza en Serie A

Impossible de deviner le rictus derrière le masque, mais les yeux levés au ciel et le mouvement des épaules et des bras trahissent un agacement plus ou moins léger : « Croyez-moi, cette opération n’a d’autre raison que la passion et l’amour pour la ville de Monza. » C’est la réponse d’Adriano Galliani, fidèle bras droit de Silvio Berlusconi, à ceux qui se demandent pourquoi le « Cavaliere » a décidé de replonger dans le football après avoir pourtant vendu l’AC Milan il y a maintenant quatre ans. Le plus célèbre crâne chauve du football italien reçoit dans le quartier de Cadorna de Milan, où sont établis une partie des bureaux de la Fininvest, la holding de la famille Berlusconi. Il y officie en tant que président de la branche Real Estate & Services. Le mercredi, il se permet une escapade à Rome afin de participer aux séances du Sénat, où il siège depuis 2018. Il s’agissait de ses deux reconversions durant ses quinze mois d’inactivité footballistique successifs à une ère sans précédent.

Tout savoir sur l’immobilier en rhone-alpes