Le marché des constructions de plateformes logistiques en croissance de 38 % (BNP Paribas Real Estate)

© dreamnikon / Fotolia

Avec 2 535 000 m² de nouvelles surfaces logistiques livrées en 2020 en France et une part de 12 % des investissements en immobilier professionnel, le marché de la logistique apparaît comme un actif solide et résilient, selon BNP Paribas Real Estate. Connaissant un rythme de constructions dynamique, le marché des constructions de plateformes logistiques affiche une croissance de 38 % sur la période 2017-2019 par rapport à 2014-2016.

D’après la dernière enquête réalisée par BNP Paribas Real Estate, conduite auprès de 10 opérateurs majeurs de la construction de plateformes logistiques, 7 tendances majeures se détachent :

  1. La croissance des implantations logistiques dans les régions localisées hors dorsale (Lille – Paris – Lyon – Marseille) : 31 % des surfaces y ont été construites entre 2017 et 2019, majoritairement sur l’Arc Atlantique, qui s’articule autour des grandes métropoles de l’Ouest : Rennes, Angers, Nantes, Bordeaux et Toulouse.
  2. L’augmentation du nombre de requalifications de friches industrielles, commerciales ou logistiques, devant la pénurie actuelle de foncier et l’objectif gouvernemental de mettre fin à l’artificialisation des sols
  3. La hausse de la demande de plateformes XXL sous l’influence du développement du e-commerce et des projets de rationalisation des schémas directeurs logistiques : avec une surface supérieure à 40 000 m², les plateformes XXL livrées ont connu une croissance de 40 % sur la période 2017-2019 par rapport à 2014- 2016.
  4. L’accélération des constructions spécifiques (grande hauteur, multi-étages, messageries…), liées à la raréfaction des fonciers, au développement de la logistique urbaine et à la mécanisation/automatisation de l’intralogistique : tous les répondants estiment que la demande de constructions multi-étages va connaître une accélération à moyen terme, en particulier en région parisienne. Par ailleurs, 60% des répondants considèrent que les cellules de 12 000 m² seront privilégiées dans les prochaines constructions.
  5. Le renforcement de l’engagement environnemental, sous l’effet de la nouvelle règlementation relative au photovoltaïque et des certifications environnementales : pensées pour garantir des bâtiments plus « verts » dès la phase de construction, les certifications environnementales (Breeam, HQE, Leed) font désormais partie des exigences clés des utilisateurs. En ce sens, 70 % des répondants privilégieront la certification Breeam “Very Good” ces prochaines années.
  6. L’amélioration du bien-être des collaborateurs, comme outil d’attractivité et de fidélisation des utilisateurs : à l’unanimité, le souci du bien-être des collaborateurs dictera fortement les choix de conception des plateformes logistiques au cours des années à venir.
  7. L’internalisation de compétences nouvelles chez les développeurs pour la préparation devenue complexe des études de terrain et des dossiers de permis de construire du fait d’une qualité moindre des terrains construits.

« Conduite au tournant des années 2020 et dans un contexte de regain d’intérêt pour les chaines logistiques engendré par la crise Covid-19, notre étude vise deux objectifs : souligner les tendances actives depuis quelques années et ayant conduit au paysage logistique actuel ainsi que saisir les signaux, persistants ou nouveaux, qui expliqueront les configurations des plateformes logistiques de demain », explique Mike Haziza, directeur du pôle conseil logistique et Supply Chain chez BNP Paribas Real Estate.

Par ailleurs, cette crise met en évidence les évolutions à prévoir sur les outils logistiques pour en accroître la résilience, l’agilité et l’omnicanalité : « Au regard des impacts de la crise Covid-19, nous identifions 3 tendances fortes sur la conception et configuration des plateformes logistiques, qui seront certainement mises à l’honneur au cours des prochaines années : la transformation des schémas directeurs, la modernisation de l’intralogistique avec un compromis efficace et durable entre automatisation et robotisation d’une part, humain et agilité d’autre part, ainsi qu’une amélioration du bien-être au travail et une augmentation de l’implication des développeurs dans le développement durable », conclut Mike Haziza.

Estimez votre maison en ligne