Les agents immobiliers français voient le ralentissement du logement en 2021, alors que la crise frappe l’économie

Photographe : Fabrice Dimier/Bloomberg

Les agents immobiliers français s’attendent à une baisse des transactions immobilières d’environ 8 % cette année, car l’incertitude économique provoquée par la pandémie de coronavirus fait hésiter les vendeurs et rend plus difficile l’obtention d’un financement pour certains acheteurs.

Les ventes de logements existants en France devraient tomber à 900 000, le chiffre le plus bas depuis cinq ans, contre 980 000 en 2020, selon les données présentées par la fédération nationale de l’immobilier (FNAIM).

Les taux d’intérêt bas continueront à soutenir les prix des maisons, tandis que la confiance des ménages et l’économie seront les clés du nombre de transactions, a déclaré la fédération. Le ministre des finances Bruno Le Maire a prédit un premier trimestre difficile pour l’économie française avec un un rebondissement significatif est possible au second semestre.

“L’évolution de la situation économique, le chômage, les difficultés, la baisse de la solvabilité de certains acheteurs seront déterminants pour le niveau des transactions”, a déclaré le vice-président de la FNAIM, Loïc Cantin, lors d’une conférence de presse. “Nous nous dirigeons vers une offre moins importante sur le marché et nous serons peut-être aussi confrontés à des ménages plus difficiles à financer”.

Une enquête menée en décembre auprès des membres de la fédération a révélé que 47 % d’entre eux ont observé une augmentation du nombre de banques refusant des prêts au logement en 2020, principalement en raison d’un durcissement général des restrictions de crédit.

Le Haut Conseil de stabilité financière français a assoupli en décembre certaines recommandations concernant les prêts au logement, en relevant le plafond des emprunts par rapport aux revenus et en permettant qu’une part plus importante des prêts s’écarte des meilleures pratiques.

Néanmoins, la FNAIM estime que la prudence des banques, notamment à l’égard des acheteurs de logements qui travaillent dans des secteurs touchés par la crise, pourrait être l’un des principaux obstacles au marché en 2021. La Fédération bancaire française a déclaré dans un courriel que les banques visaient à “prévenir le surendettement”.

En France, les prix de l’immobilier devraient être stables cette année, l’offre et la demande se ralentissant. Après une hausse de 4 % l’an dernier, le marché a fait preuve d’une “remarquable résistance” malgré la crise et les mesures de verrouillage qui en ont résulté, selon le président de la FNAIM, Jean-Marc Torrollion.

Les prix en France ont augmenté d’environ 18 % au cours des dix dernières années pour atteindre une moyenne de 2 807 euros par mètre carré (317 dollars par pied carré) en 2020, selon la fédération.

– Avec l’aide de William Horobin, et Alexandre Rajbhandari

En savoir plus sur les prix immobilier