Nouvelles sur le front des loyers – Immobilier et construction

&#13 ;
Pour imprimer cet article, il vous suffit d’être inscrit ou de vous connecter sur Mondaq.com.&#13 ;

En plus du mécanisme de crédit d’impôt proposé par le&#13 ;
le gouvernement dans le cadre des discussions sur la loi de finances (voir notre&#13 ;
bulletin d’information du 16 novembre 2020 relatif à &#13 ;
la contribution de l’État français au paiement des loyers par le biais d’un &#13 ;
le crédit d’impôt pour les propriétaires
), trois décisions judiciaires récentes l&#13ont fait ;
ont élargi le débat sur la question du paiement de&#13 ;
le loyer pendant les périodes de détention
.

Tout d’abord, il convient de rappeler que, dans un rapport largement commenté&#13 ;
décision du 10 juillet 2020, le tribunal de Paris a condamné un locataire à payer&#13 ;
le loyer pour les mois de mars à mai 2020. Cependant, comme le
la demande du locataire était principalement fondée sur les dispositions de l’article 4&#13 ;
du décret 2020-316 du 25 mars 2020 (qui ne prévoyait nullement&#13 ;
la suspension du paiement du loyer, mais seulement la suspension des bailleurs&#13 ;
les recours), cette solution semblait logique. Cependant, la Cour&#13 ;
s’est penchée sur la notion de bonne foi, estimant que “dans les
en cas de circonstances exceptionnelles, les parties sont tenues de vérifier” ;
si de telles circonstances rendraient nécessaire l’adaptation de l’accord ;
les modalités d&#1317exécution de leurs obligations respectives” ;
de leurs obligations respectives” (TJ Paris, 10 juillet 2020, n° 21/04516).

Dans deux décisions rendues le 26 octobre 2020 (N° 20/53713&#13 ;
et 20/55901), concernant le contentieux du paiement des loyers dus&#13 ;
par les exploitants d&#8217une salle de sport et d&#8217une parapharmacie&#13 ;
des entreprises, le juge des référés du tribunal de Paris a adopté&#13 ;
le raisonnement ci-dessus sur la “bonne foi”. Le juge a examiné la question de la “bonne foi” ;
qu&#8217il y avait un litige sérieux et a refusé d&#8217ordonner les locataires ;
de payer leur loyer impayé. Pour sa part, le tribunal de Grenoble a adopté le raisonnement ci-dessus sur la “bonne foi” ;
a statué sur la question, dans un arrêt du 5 novembre 2020, mais&#13 ;
sans se fonder sur le principe de bonne foi (N° 16/04533). Le&#13 ;
Cour d&#1317appel a examiné les arguments les plus souvent avancés par&#13 ;
les locataires refusant de payer le loyer pendant les périodes de fermeture (ordonné&#13 ;
par le gouvernement dans le cadre de la lutte contre la propagation du&#13 ;
l&#8217épidémie de Covid-19), comme suit :

La question de la force majeure a été écartée par le tribunal de Paris&#13 ;
décisions précitées, qualifiant la défense soulevée de “force majeure” ;
“inopérant”. À cet égard, il convient de rappeler que
l’obligation principale du locataire est l’obligation de payer le loyer&#13 ;
et que les conditions de force majeure doivent donc être appréciées&#13 ;
sous cet angle. La Cour d’appel de Grenoble a considéré que depuis&#13 ;
le locataire n’a pas fait preuve de difficultés de trésorerie le rendant ainsi
impossible de remplir son obligation de payer le loyer, ce qui constitue une force majeure ;
l’argument de la force majeure ne pouvait pas être retenu.

    &#13 ;
  • L’argument selon lequel le propriétaire n’a pas fourni de locaux&#13 ;
    qui peuvent être utilisés à des fins contractuelles&#13 ;
    (“obligation de délivrance“), par conséquent&#13 ;
    justifiant la retenue du loyer par le locataire&#13 ;
    (“exception d’inexécution“)
  • &#13 ;

Pour rappel, en vertu de l’article 1719 du Code civil,&#13 ;
les bailleurs sont tenus de fournir des locaux qui peuvent être&#1313 ;
utilisés pour leur objet contractuel, c&#8217est-à-dire permettant la réalisation de l&#8217objectif spécifique ;
l&#1317activité spécifique mentionnée dans le bail. Il s&#1317agit d&#13un contrat de bail ;
une obligation absolue qui est l&#13essence même du bail ;
l’accord. Suite à la première fermeture en France, certains locataires ont été mis sous séquestre ;
ont considéré que les mesures de fermeture obligatoires ordonnées par le
Gouvernement ont entraîné le non-respect de leur obligation par leur bailleur ;
obligation (et que le caractère externe de l&#13interdiction, qui
n’était pas causée par le bailleur, était une défense inefficace).&#13 ;
Par conséquent, sur la base de la défense de non-exécution de l ;
le cocontractant (“exception&#13 ;
d’inexécution
“), les locataires ont refusé de payer les&#13 ;
le loyer pour la période de fermeture obligatoire.

La Cour de Paris a estimé que les conséquences du Covid-19&#13 ;
contexte ne peuvent, à elles seules, être considérées comme un manquement du bailleur à&#1313 ;
de remplir ses obligation de délivranceen tant que telle&#13 ;
les circonstances ne sont pas imputables au bailleur. Toutefois, les&#13 ;
a ajouté que la exception&#13 ;
d’inexécution
doit être considérée à la lumière&#13 ;
de “l’obligation des parties de négocier de bonne foi” ;
des moyens d’exécution de leur contrat dans le cadre de la présente&#13 ;
de la situation sanitaire”.

Pour sa part, la Cour d&#8217appel de Grenoble a refusé d&#8217en tenir compte ;
que le propriétaire des locaux situés dans une résidence de tourisme était en&#1317homme ;
une violation de son obligation de délivrance, even&#13 ;
bien qu’un décret en ait interdit l’accès au public. La Cour a expliqué&#139 ;
que puisque le décret interdisant l’accès aux locaux était
soumis à une exemption pour les personnes domiciliées dans le lieu de séjour ;
le locataire n&#8217avait pas, sur la base des faits, apporté de preuves ;
que son activité avait été interdite. Ce faisant, la Cour a décidé
a fortement limité le champ d&#8217application de cette théorie ;
(sans toutefois l&#8217exclure totalement).

Il ne fait aucun doute que cette question fera l&#8217objet de beaucoup de discussions ;
de la jurisprudence dans les mois et les années à venir.

Lisez l’article original sur&#13 ;
GowlingWLG.com

Le contenu de cet article est destiné à fournir un aperçu général ;
guide sur le sujet. Il convient de demander l’avis d’un spécialiste&#13 ;
sur votre situation particulière.

ARTICLES POPULAIRES SUR : L’immobilier et la construction en France

Transfert d’actions d’une propriété résidentielle à Jersey

Mourant

Les biens immobiliers à Jersey peuvent être achetés ou vendus soit par un contrat passé devant la Cour royale (un transfert de propriété), soit par un transfert d’actions. Ce guide général explique les étapes d’une transaction de transfert d’actions.

Tout savoir sur l’immobilier en rhone-alpes