Un rapport montre que les investissements étrangers dans l’immobilier suisse sont en baisse

Vue du développement urbain de l’Europaalle à Zurich le 12 avril 2019. Keystone / Christian Beutler

La part des investissements étrangers dans l’immobilier commercial suisse est passée de 15 % avant 2011 à 5 % entre 2017 et 2019, selon une nouvelle étude. La question de l’achat par des étrangers de biens immobiliers suisses à bas prix pendant la pandémie de grippe Covid-19 est débattue à Berne.

Ce contenu a été publié le 14 février 2021 – 17:19

RTS/sb

Les investissements étrangers dans les immeubles commerciaux en Suisse ont atteint 750 millions de francs (841 millions de dollars) par an, soit en moyenne 11 % de l’investissement total (6,8 milliards de francs) entre 2011 et 2020, selon une étude de CBRE Switzerland, une société de services immobiliers commerciaux.

Avant 2011, la proportion d’investissements étrangers était plus élevée (15 %), surtout entre 2005 et 2008, lorsque de nombreux investisseurs internationaux sont entrés sur le marché suisse avant de se retirer partiellement après la crise financière.

La sortie des investisseurs étrangers du marché suisse a été plus prononcée ces dernières années (2017 à 2019), a déclaré la CBRE. Cela est notamment dû à l’inflation des prix de l’immobilier et au coût élevé du franc suisse. Les investissements étrangers n’ont représenté que 5 % du total des investissements durant cette période.

2020 s’est distinguée comme une année exceptionnelle en raison de “quelques très grosses transactions”, a ajouté le CBRE.

Un grand nombre des acheteurs étrangers qui ont investi en Suisse au cours de la dernière décennie venaient de Grande-Bretagne, d’Allemagne, de France et d’Israël. Les investisseurs asiatiques ont joué un rôle mineur, à l’exception du secteur hôtelier, a-t-il déclaré.

À Berne, certains politiciens craignent que la pandémie de coronavirus ne pousse les entreprises suisses à vendre leurs propriétés, et que les investisseurs étrangers ne les arrachent à bas prix.

Une commission des affaires juridiques de la Chambre des représentants a proposé en janvier de renforcer temporairement la “Lex Koller”, une loi fédérale limitant les achats de biens immobiliers suisses par des étrangers. La commission a accepté d’étendre les restrictions aux bâtiments destinés à une activité commerciale ou professionnelle. L’initiative parlementaire doit encore être approuvée par la commission des affaires juridiques du Sénat.

Tout savoir sur l’immobilier en rhone-alpes