Une ville française débat de la construction d’éoliennes sur un ancien camp nazi – POLITIQUE

Le village de Denting, dans l’est de la France, est divisé sur la question de savoir s’il faut construire un parc éolien sur le site d’un ancien camp de prisonniers de guerre allemand où des milliers de soldats soviétiques ont trouvé la mort.

Les opposants au projet dit Pour les médias français, il serait inapproprié de procéder à la construction et risquerait de déterrer des corps.

“Mettre des éoliennes ici est indécent”, a déclaré Gabriel Becker, vice-président de l’Association franco-ukrainienne pour la défense et la réhabilitation du camp du Ban Saint-Jean, qui milite pour que le site reste intact.

Le gouvernement local a décidé d’arrêter les travaux préliminaires de construction en janvier après qu’ils aient suscité des critiques.

On estime que 20 000 corps sont enterrés sous l’ancien camp de Ban Saint-Jean, qui a accueilli des prisonniers de guerre soviétiques pendant la Seconde Guerre mondiale.

Svetlana Joukova, la petite-fille d’un prisonnier soviétique mort dans le camp, est également opposée au projet. “Il est impossible [to build wind turbines] où tant de gens ont souffert, où tant de gens sont morts”, a-t-elle déclaré à la télévision française, arguant que ce serait comme oublier des pans entiers de l’histoire de la France et de la Russie.

Certains habitants sont favorables aux éoliennes, affirmant que le projet est tourné vers l’avenir plutôt que vers le passé et qu’il produirait de l’énergie verte pour la ville.

“Nous devrions arrêter de diaboliser le projet”, Roland Hamman, un retraité, dit le journal local Le Républicain Lorrain.

Le camp s’étend sur 100 hectares qui sont actuellement inutilisés car il s’agit d’un site de mémoire. Mais la municipalité de Denting est favorable au projet éolien, qui pourrait rapporter 42 000 euros de recettes annuelles.

“Je pense que nous devons tourner la page, garder un terrain en mémoire, mais nous n’allons pas hypothéquer notre immobilier pour un site qui date de la dernière guerre”, a déclaré Christian Belvetti, adjoint au maire de Denting, en faisant valoir que la municipalité ne veut pas mettre en péril son potentiel de développement immobilier. “Nous sommes les propriétaires de ce terrain, donc pour l’instant nous avons l’intention de le développer comme nous le souhaitons”.

Cet article fait partie de POLITIQUELe service de politique de primes de l’UE : Pro Energie et Climat. Qu’il s’agisse du changement climatique, des objectifs en matière d’émissions, des carburants de substitution ou d’autres sujets, nos journalistes spécialisés vous tiennent au courant des sujets qui sont au cœur de l’agenda de la politique énergétique et climatique. Envoyez un courriel à [email protected] pour un essai gratuit.



Tout savoir sur l’immobilier en rhone-alpes