Avec une hausse estimée, les marques se concentrent sur les véhicules de la CPD

 

Les ventes de véhicules pour les personnes handicapées (PCD) ont chuté de 5,74 % en 2020, par rapport à l’année précédente.

Ces données ont été recueillies par le Département d’État des finances (Sefaz), responsable de l’analyse des remises sur la taxe sur la propriété des véhicules à moteur (IPVA).

En 2019, 923 véhicules ont été enregistrés pour la CPD, déjà en 2020, jusqu’à la première moitié de décembre, le nombre était de 870.

En revanche, à la différence du solde négatif, les marques investissent dans des cabinets de conseil pour ce créneau. Selon les entreprises entendues par la Correio do Estadole segment représente 10 % du chiffre d’affaires annuel.

Campo Grande, par exemple, a gagné un magasin spécialisé dans la vente de ce segment.

Le groupe Enzo a inauguré, en août, “Enzo Mobility”, la première concession de l’État axée spécifiquement sur l’achat de véhicules pour la CPD.

Selon le responsable de l’unité, Antônio Aparecido, l’ouverture est née de la nécessité de faciliter le processus pour le client, qui n’a souvent pas facilement accès aux informations liées à l’achat de véhicules adaptés.

“Les gens avaient l’habitude d’arriver au magasin et les préposés n’avaient pas les connaissances adéquates, l’idée est donc de rendre l’expérience plus confortable et plus agile pour le client”, explique-t-il. En plus des ventes, le magasin offre également des services de conseil aux personnes intéressées.

“Nous sommes sur une pente ascendante des ventes. Selon les données de Detran, 23% de la population de l’État est PCD, si nous considérons qu’environ 5% sont des acheteurs potentiels, nous aurions environ 30 000 personnes comme clients potentiels”, a estimé le directeur.

Dernières nouvelles

Malgré l’ouverture d’un magasin avec un modèle spécifique, la vente de véhicules adaptés n’est pas une nouveauté. Honda a été le pionnier du service spécialisé pour le public des PCD.

Grâce à un programme créé en 1997, la marque assiste les acheteurs tout au long du processus, des doutes à la sollicitation de remises, qui se déroule à la Sefaz.

Adriane Ferrazi, responsable des ventes spéciales chez Honda Endo Car, souligne que, bien que la demande d’exemption de l’IPVA soit un processus postérieur à l’achat, ce soutien est aussi nécessaire que tout autre.

“Si le client a choisi notre magasin, le moins que nous puissions faire est de l’aider jusqu’à la fin des étapes. Je connais des gens, par exemple, qui ont acheté une voiture PCD et ont passé deux ans à payer l’IPVA normale parce qu’ils ne connaissaient pas la remise”, souligne-t-elle.

EXEMPTION

Le droit à l’exonération de la DPC est garanti par la loi 8.989 du 24 février 1995.

La somme des exonérations des taxes Taxe sur les produits industrialisés (IPI), Taxe sur la circulation des biens et services (ICMS), IPVA et Taxe sur les opérations de crédit, de change et d’assurance, ou liées aux valeurs mobilières (IOF) peut atteindre 20 ou 30 % de la valeur du véhicule.

Les maladies et handicaps qui ouvrent droit à cette prestation sont les suivants : amputation d’un membre, utilisation de prothèses, arthrose, accident vasculaire cérébral, autisme, certains types de cancer, maladies dégénératives, sclérose, paraplégie, problèmes de dos, entre autres.

Selon la loi, seuls les véhicules d’une valeur maximale de 70 000 R$ fabriqués au Brésil ou dans des pays liés au Mercosur bénéficient de l’exemption IPI et ICMS.

Les voitures dont la valeur dépasse le plafond ne bénéficient que de la remise IPI. L’exemption de l’IOF est exclusive pour les personnes souffrant d’un handicap physique.

Pour les personnes ayant droit à l’achat spécial, les étapes sont les suivantes : l’intéressé doit avoir en main les examens cliniques qui prouvent la pathologie en question, le rapport médical délivré par Detran et le permis de conduire national spécial (CNH).

Avec ces documents, il est possible de demander l’exemption sur l’IPI et l’ICMS. Le client doit alors choisir le véhicule qu’il souhaite, puis pouvoir demander la réduction sur l’IPVA, qui correspond à 60 % de la valeur totale.

Le Département d’Etat de la circulation a informé qu’en 2019, 2 582 rapports ont été émis suite à l’évaluation d’une commission médicale.

En 2020 déjà, ce nombre était tombé à 1 892, soit une baisse d’environ 27 %. Toujours selon l’agence, 90 % des restrictions concernent les véhicules de la catégorie B (voiture) et les 10 % restants les véhicules de la catégorie A (moto).

ALTERNATIVE

Bien que les chiffres correspondent aux organismes compétents, les sommes ne caractérisent pas tous les types d’achats de niche.

Outre la possibilité pour les conducteurs de PCD, il existe également une alternative pour les acheteurs non conducteurs, c’est-à-dire ceux qui sont chargés de transporter des personnes handicapées, comme dans les cas de troubles du spectre autistique (TSA) ou de déficience visuelle, intellectuelle ou physique grave, comme le prévoit le décret d’État n° 14723/2017.

Margarida Farinon, vendeuse spécialisée dans les PCD, de la concession Ulsan Hyundai, a rappelé que “dans le cas des acheteurs non conducteurs, un rapport d’expertise médicale du SUS prouvant la nécessité est requis”.

Toujours selon elle, le marché des DPC reste positif, “malgré le fait que la valeur citée par la législation brésilienne soit très dépassée”.

Pendant 12 ans, selon la loi, pour avoir droit à des exemptions, les véhicules PCD doivent coûter un maximum de 70 000 R$, les entreprises défendent l’augmentation du plafond.

Le même point est défendu par le chef d’unité, Fabiano Dassan.

“Vraiment, c’est un segment qui est en expansion, mais qui est aussi, de nos jours, confronté à une très grande limitation car le gouvernement fédéral n’augmente pas ce plafond de 70 000 R$”.

Selon M. Dassan, dans le magasin où il est gérant, les ventes de véhicules pour personnes handicapées correspondent en moyenne à 10 % du chiffre d’affaires annuel, un chiffre très similaire à l’année précédente, où l’importance était de 10,4 %.

“Nous devons nous rappeler que la baisse des chiffres est liée à l’économie, qui était plus chaude auparavant, mais notre projection est positive à coup sûr”, conclut M. Dassan.

Estimez votre maison en ligne