CNDDU Gratitude et estime au Dr. Nicola Gratteri, Procureur de la République

La Coordination Nationale des Enseignants dans la discipline des Droits de l’Homme exprime sa gratitude et son estime pour l’engagement du Dr. Nicola Gratteri, Procureur de la République de Catanzaro, dans l’opération “Low Profile”.

La Calabre, abandonnée par la classe politique, utilisée comme une passerelle uniquement lors des élections, une terre où le principe de légalité est presque toujours obscurci par des chemins clientélistes, affairistes et “ndranghetistici” annonciateurs de sous-développement et d’arriération, trouve enfin confiance et espoir dans la possibilité d’un changement.

Sans vouloir faire référence à l’Unification de l’Italie, il faut malheureusement reconnaître que depuis 1861, notre dynamique politique, à part quelques rares exceptions, a toujours vu triompher des personnages prêts à vendre leur propre peuple et leur propre investiture institutionnelle en échange de faveurs personnelles. Le retard s’est construit au fil des ans, inlassablement, législature après législature, vérifiant combien les services, les infrastructures et les possibilités de développement sont systématiquement refusés aux Calabrais. Pourquoi ? Le sens de la communauté n’existe tout simplement pas. Nous nous retrouvons donc sans routes, sans trains, sans avions, sans hôpitaux dignes de ce nom (à part quelques excellences isolées) ; immergés jusqu’au cou dans les ordures, qui deviennent de plus en plus une sorte d’installation urbaine à laquelle le citoyen s’habitue tristement.

Pour que les choses changent vraiment, les citoyens devraient raisonner attentivement sur les mérites, les programmes et les objectifs atteints par les différents exposants politiques dont la position économique et médiatique, c’est-à-dire, a considérablement augmenté. Il est incroyable de constater que, très souvent, les gens parviennent à résoudre leurs problèmes personnels de manière individuelle, alors que les exigences sociales affichées pompeusement dans la campagne électorale sont complètement ignorées.

Les jeunes, au contraire, ont besoin de croire en l’avenir, en l’amélioration, en l’étude comme instrument d’élévation personnelle et de gratification professionnelle, qu’ils aient ou non un lien de parenté avec quelqu’un qui puisse leur faciliter le chemin.

Les citoyens devraient considérer tout cela avec attention lorsqu’ils se rendront aux urnes.

“Il faut que la République soit juste et non corrompue, forte et humaine : forte avec tous les coupables, humaine avec les faibles et les déshérités.” (Sandro Pertini)

Prof. Romano Pesavento

Président du CNDDU

Estimez votre maison en ligne