En 2030, tout le monde disposera d’un avocat gratuit.

Un document sur l’avenir de la profession dépeint un scénario dystopique des ravages de l’IA avec une élite d’avocats sous dopage.

Par CROCOTHERY ; Shutterstock

&#13 ;
La Law Society of England and Wales a envisagé l’avenir – et l’a trouvé plutôt sombre, les avocats de la City étant encouragés à prendre des “médicaments améliorant les performances” pour rester compétitifs.

&#13 ;
Prédisant un avenir dans lequel les services aux consommateurs, tels que le droit de la propriété et le droit des clients privés, seront “fournis par de grands prestataires de services juridiques de détail”, elle affirme que les cabinets d’avocats commerciaux verront “une grande partie des conseils juridiques de routine” externalisés, laissant une élite de juristes de la City et d’avocats internes conseiller en personne.

&#13 ;
Les pressions sur les coûts exercées sur le secteur juridique pour adopter l’IA et rationaliser les fonctions juridiques conduiront à court terme à la banalisation, à l’automatisation et au libre-service d’un plus grand nombre de types de travail”, indique le rapport. Seuls les domaines juridiques de grande valeur, complexes ou les plus récents nécessiteront un apport humain. Les humains pourraient également être nécessaires pour la gestion des relations avec les grands clients”, prévient le rapport.

&#13 ;
Selon le rapport, les avocats qui restent dans des postes de haut niveau seront “généralement immunisés contre une réduction radicale du personnel”.

&#13 ;
Le projet Future Worlds 2050 a été mis en place pour “permettre des discussions brutes, franches et honnêtes sur ce dont les clients auront besoin à l’avenir”. Son premier rapport, Images des mondes futurs de la profession juridique 2020-2030ne fait pas dans la dentelle.

&#13 ;
S’appuyant sur un “panel Delphi” de futurologues et sur des recherches précédemment publiées par KPMG, le rapport esquisse des visions concurrentes de l’avenir, l’une prudente, l’autre plus apocalyptique.

&#13 ;
Les évaluations prudentes de l’évolution de la main-d’œuvre suggèrent une baisse de 20 % d’ici 2050, tandis que la modélisation plus catastrophique envisage des “suppressions d’emplois sauvages” entraînant une réduction de 50 % de la main-d’œuvre juridique.

&#13 ;
La présidente de la Law Society, Stephanie Boyce, a déclaré : “La profession juridique est à un moment charnière, tout comme le monde dans lequel nous vivons. Il existe une pléthore de forces qui modifient notre expérience collective et l’environnement commercial. Si nous avons appris quelque chose de 2020, c’est que l’avenir peut toujours vous prendre au dépourvu.”

&#13 ;
Le rapport prévoit des changements considérables dans les partenariats des cabinets d’avocats d’ici à 2030, avec une vaste “déqualification de la profession juridique à mesure que l’IA prend le dessus” et des changements “spectaculaires” dans la rémunération en conséquence, ce qui signifie que, d’ici à 2030, “tout le monde a un avocat “gratuit” à sa disposition, semblable à Siri”.

&#13 ;
Il ajoute que, dans un scénario dystopique : “Les avocats qui restent dans la profession doivent travailler aux côtés de la technologie – et sont tenus de prendre des médicaments pour améliorer leurs performances afin d’optimiser leur propre productivité et efficacité”.

&#13 ;
Parmi les autres défis probables, citons la domination de la Chine en tant que superpuissance économique et politique – dont certains aspects sont déjà visibles dans les événements récents à Hong Kong – ainsi que les questions liées à l’énergie verte et au changement climatique.

&#13 ;
Boyce a déclaré : “De nouvelles formes d’énergie verte et d’action contre le changement climatique pourraient créer des opportunités pour les avocats et leurs clients assureurs, car ils cherchent à trouver des solutions innovantes aux risques posés par les événements climatiques extrêmes. L’apport et les conseils juridiques seront également nécessaires autour du ‘financement vert’ – les investisseurs finançant des entreprises respectueuses de l’environnement – et il est probable qu’il y ait une augmentation des litiges climatiques contre les entreprises ou les gouvernements.”

&#13 ;
Dans un passage plus optimiste, le rapport suggère que la technologie pourrait être “exploitée de manière créative et socialement avantageuse pour démocratiser l’accès à la justice dans la sphère juridique, lutter contre la dégradation de l’environnement et révolutionner les résultats en matière de santé”.

&#13 ;
M. Boyce a conclu : “Ce projet est une occasion unique de se pencher sur les défis et les opportunités qui pourraient se présenter à nous au cours de la prochaine décennie. La science-fiction devient déjà une réalité, alors à quoi pouvons-nous nous attendre dans 10 ans ? Nous avons l’intention d’éclairer la voie à suivre pour la profession, afin que l’avenir soit un peu moins incertain.”



En savoir plus sur les prix immobilier