Hausse de l’inflation estimée pour 2018 et 2019

Récemment, les économistes des principales institutions financières du Brésil ont revu à la hausse l’estimation de la inflation pour les années 2018 et 2019. Ces attentes ont été publiées dans le bulletin de marché connu sous le nom Rapport spécial, publié hier (01/10/2018) par le Banque centrale. Ce rapport est le résultat d’une enquête menée la semaine dernière et impliquant plus de 100 institutions financières.

Selon l’IPCA (Indice national des prix à la consommation), qui mesure le inflation le taux d’inflation officiel du pays, le marché financier a relevé son estimation de 4,28% à 4,30% cette année. Il s’agit de la troisième hausse consécutive de cet indicateur.

Ainsi, le marché continue avec une attente inférieure à l’objectif de inflationqui est de 4,5 % pour 2018 et dans la marge de tolérance prévue par le système (l’objectif aura été atteint si l’IPCA clôture entre 3 % et 6 % en 2018).

[box type=”info” align=”” class=”” width=””]L’inflation est un terme utilisé en économie pour parler de la hausse des prix sur une période donnée. Elle suit les effets de la loi de l’offre et de la demande, c’est-à-dire que lorsque les consommateurs sont prêts à dépenser et ont les ressources pour le faire, la tendance naturelle est que les prix des produits et des services augmentent. Cela peut également se produire lorsqu’il y a une pénurie ou une réduction d’un produit ou d’un service particulier sur le marché. C’est le cas, par exemple, lorsqu’un effet climatique interfère avec la production de certains types d’aliments et fait monter en flèche leur prix dans les supermarchés.[/box]

Ce que vous verrez dans cet article :

Parmi les principaux effets de l’inflation, on peut citer

[tie_list type=”checklist”]
  • La perte du pouvoir d’achat des ménages ;
  • La réduction des investissements réalisés par les entrepreneurs. Cela se produit en raison de préoccupations concernant les coûts de production ou la demande du marché des consommateurs,
  • La création d’un environnement d’incertitude dans l’économie, qui peut paralyser les projets.
[/tie_list]

Malgré cela, on ne peut pas dire que le inflation est tout à fait négative, car elle peut être comprise comme un signe que la économie d’un pays est émouvante et chauffée.

L’objectif de inflation est fixé au Brésil par le Conseil monétaire national (CMN) et, pour y parvenir, la Banque centrale augmente ou réduit le taux d’intérêt de base de la économieconnu sous le nom de Selic. Pour l’année prochaine, les économistes des principales institutions financières du pays ont relevé l’estimation de inflation de 4,18 % à 4,20 %, mais l’objectif central pour 2015 est de 4,25 %, la marge de tolérance du système d’objectifs allant de 2,75 % à 5,75 %.

AVANT-PROPOS 2018 2018
Produit intérieur brut (PIB) 1,35% 2,50%
Inflation 4,30% 4,20%
Taux d’intérêt de base (Selic) 6,50% 8%
Dollar R$ 3,89 R$ 3,83
Balance commerciale (solde) 54,6 milliards de dollars 45,6 milliards de dollars US
Investissements directs étrangers 67 milliards de dollars US 75,65 milliards de dollars US

Produit intérieur brut (PIB)

Pour l’année 2018, les prévisions des marchés financiers sont que le PIB reste stable à 1,35 %. Il convient de rappeler que PIB est la somme de tous les biens et services produits dans le pays et sa fonction est de mesurer l’évolution de économie.

Déjà pour l’année prochaine, 2019, le marché s’attend à ce que l’expansion de la économie atteint 2,5 %. Les économistes maintiennent également une prévision d’expansion à 2,5 % pour les années 2020 et 2021.

Fin septembre, l’Institut brésilien de géographie et de statistique (IBGE) a publié que le PIB Le Brésil a connu une croissance de 0,2 % au second semestre 2018, par rapport aux trois mois précédents. Ce résultat a été principalement soutenu par le secteur des services et également sous la pression de la forte baisse des investissements dans l’industrie. Cela démontre la perte d’élan et la lente reprise de l’économie brésilienne.

Autres estimations :

Taux d’intérêt : le taux d’intérêt de base de l’économie (Selic) reste stable à son niveau et à son plancher historiques (6,50 %) jusqu’à la fin de 2018. D’ici la fin de 2019, on estime que le Selic pourrait atteindre 8 %. Ainsi, les spécialistes maintiennent leur prévision d’une augmentation des taux d’intérêt pour l’année prochaine.

Le dollar : on estime que d’ici la fin 2018, le taux de change du dollar devrait passer de 3,90 à 3,89 R$. Pour 2019, la clôture passerait de 3,80 à 3,83 R$.

Balance commerciale : la balance commerciale (qui est le résultat des exportations totales moins les importations) ; la projection en 2018 est passée de 55 milliards de dollars US à 54,6 milliards de dollars US de résultat positif. Déjà pour 2019, l’estimation des experts du marché est un excédent qui passe de 47 milliards de dollars à 45,6 milliards de dollars.

Les investissements étrangers : Selon les prévisions du rapport concernant l’afflux d’investissements étrangers directs au Brésil en 2018, l’estimation de 67 milliards de dollars US demeure. Pour 2019, l’estimation, qui était de 75,3 milliards de dollars, est passée à 75,65 milliards de dollars.

Commentaire du conseiller en investissement (par Denys Wiese)

[box type=”shadow” align=”aligncenter” class=”” width=””]Le rapport Focus est une enquête menée auprès de 100 institutions financières, qui donne leurs attentes concernant le marché financier. Ainsi, en moyenne, ces institutions financières pensent que l’inflation sera un peu plus élevée cette année et aussi en 2019. Pourquoi cette augmentation ? Je pense que nous pouvons l’attribuer à quelques facteurs, mais le principal serait le taux de change. Que se passe-t-il lorsque le dollar augmente ? Le dollar augmente, tout comme le prix des biens importés, et de nombreux composants de ce que nous consommons sont importés. Ainsi, lorsque le dollar augmente, l’inflation est naturellement comprimée. Ainsi, cette hausse du dollar, surtout pour les questions électorales, la peur électorale, qui effraie les investisseurs étrangers, ils prennent le capital du pays et en prenant le capital du pays, le dollar est jeté. Autre chose, le marché craint le degré de gouvernabilité qu’aura un gouvernement extrémiste, je veux dire dans le sens où nous vivons une situation d’extrême droite, avec Jair Bolsonaro, et d’extrême gauche, avec Fernando Haddad, et le marché a une certaine crainte de la formation d’un nouveau gouvernement. Il s’agit de savoir s’il aura la capacité de gouverner pour faire passer les réformes qui sont si importantes pour le pays. Bientôt, cette crainte se reflète dans le taux de change, qui finit par affecter l’inflation. Bon, l’inflation, ou l’attente d’une inflation plus élevée, qu’en est-il des taux d’intérêt ? Lorsque l’inflation augmente, la Banque centrale augmente un peu le taux d’intérêt pour pouvoir contenir l’avance des prix. Mais en même temps, en augmentant le taux d’intérêt, elle va tuer un peu l’activité économique. La Banque centrale se calibre de manière à ce que l’inflation ne soit pas incontrôlée et que nous ayons en même temps une croissance économique. Comme la hausse a été très faible dans les attentes d’inflation, le marché s’attend à une augmentation du taux d’intérêt, non pas cette année (qui est à 6,5%), mais pour la fin de 2019, quand le taux Selic devrait fermer à 8% selon les attentes d’aujourd’hui. Cette augmentation modérée du taux Selic en viendrait à contenir un processus inflationniste, ce qui pourrait se produire compte tenu de ce qui a déjà été dit. D’autre part, les prévisions de PIB restent stables. Pourquoi, même dans un environnement hostile, de crise, de méfiance à l’égard de la gouvernabilité du nouveau président, s’attend-on à un PIB positif ? Parce que nous sommes sortis de la récession, nous sommes sortis de deux, trois années très difficiles, au cours desquelles le PIB a chuté de près de 10 %, donc la base de comparaison est très faible. Cette augmentation du PIB serait plus inertielle qu’en raison des changements importants que nous observons. Bien sûr, nous avons déjà constaté des changements positifs dans l’économie et cela crée un terrain favorable aux investissements.[/box]

Estimez votre maison en ligne