Le moment est propice à la proposition d’amnistie pour les permis de rénovation.

Les personnes qui n’ont pas obtenu de permis pour des travaux de rénovation pendant la pandémie pourraient bientôt être en mesure de corriger leur erreur sans payer de pénalité.

Un programme d’amnistie d’un an permettrait aux propriétaires de déclarer les rénovations et les réparations effectuées sans permis, sans qu’ils aient à payer de pénalités, si le conseil municipal de Winnipeg approuve le plan proposé.

Le conseiller Shawn Nason, qui a fait pression pour le programme, a déclaré que l’amnistie devrait aider les Winnipégois qui se sont laissés prendre par la tendance à la rénovation domiciliaire à s’assurer qu’ils ont réalisé correctement les projets de l’époque de la pandémie.

“Avec la quantité de rénovations en cours autour de COVID, les gens améliorant leur propre propriété pour leur propre vie et la valeur de revente potentielle, je pense que c’est un bon moment pour que cela se produise”, a déclaré Nason (Transcona). “Les (chiffres) de la rénovation domiciliaire crèvent toujours le plafond”.

Un rapport de la ville note que plus de 7 200 permis résidentiels ont été pris en 2020, contre environ 6 800 l’année précédente. Le rapport indique que les volumes de permis semblent maintenant en voie de plus que doubler pour les deux premiers mois de 2021, par rapport à ces mois en 2020.

Les propriétaires qui choisissent de participer au programme d’amnistie, qui débuterait le 1er juin, doivent acheter tous les permis requis et mettre leurs projets en conformité avec tous les codes, règlements et normes de la ville dans un délai de trois ans.

Les personnes qui ont déjà reçu un avis ou une ordonnance de la ville pour des travaux effectués sans permis ne sont pas admissibles au programme.

M. Nason a déclaré qu’il était convaincu que ce changement, s’il était approuvé, éliminerait un obstacle qui empêche les projets de construction de maisons de respecter toutes les exigences et tous les codes de sécurité.

” Cela (permettra) aux résidents de Winnipeg… de faire le travail en toute sécurité et en conformité avec les permis de la ville de Winnipeg. Il s’agit d’une question de sensibilisation et d’éducation qui, espérons-le, donnera de meilleurs résultats pour toutes les personnes concernées.”

La conseillère Cindy Gilroy, présidente du comité de la propriété et du développement, a déclaré qu’elle soutenait le programme, sur lequel le comité doit se prononcer le 19 avril.

Mme Gilroy (Daniel McIntyre) espère que l’amnistie permettra à un plus grand nombre de maisons de respecter les codes de sécurité essentiels, par exemple en s’assurant que le câblage électrique est fait correctement pour réduire le risque d’incendie.

“Je pense qu’il y a un avantage pour la ville de Winnipeg lorsque les choses sont faites correctement, non seulement pour la sécurité des propriétaires, mais aussi pour les voisins “, a-t-elle déclaré.

Mme Nason a déclaré que le changement aidera également ceux qui, sans le savoir, achètent des maisons ayant fait l’objet de rénovations non autorisées.

Peter Squire, vice-président de la Winnipeg Regional Real Estate Board, a déclaré que de nombreux acheteurs dans cette situation ne découvrent que le propriétaire précédent n’a pas obtenu le permis approprié que lorsqu’ils reçoivent un avis de la ville. À ce moment-là, le nouveau propriétaire pourrait être facturé pour un projet qui a eu lieu avant qu’il ne soit propriétaire de la maison.

M. Squire a déclaré qu’un programme d’amnistie ne permettrait peut-être pas de régler tous les cas d’omission de permis, mais qu’il devrait contribuer à améliorer la conformité. “Je pense que cela peut permettre d’éliminer certains arriérés… où la ville pourrait (autrement) devoir poursuivre des personnes qui n’ont pas pris de permis.”

Squire a dit qu’il s’attend à ce que le délai d’un an pour le projet empêche les Winnipégois de simplement négliger d’acheter des permis, dans l’espoir d’être pardonnés plus tard.

“Il faut qu’il y ait une limite et qu’elle soit très claire pour que (les gens) ne puissent pas profiter de… l’ignorance d’un permis”, a-t-il dit.

La ville prévoit d’embaucher deux nouveaux employés pour des postes d’un an afin de répondre à la demande du programme d’amnistie. L’augmentation des recettes provenant des permis devrait couvrir ce coût.

joyanne.pursaga@freepress.mb.ca

Twitter : @joyanne_pursaga

Joyanne Pursaga
Reporter

Née et élevée à Winnipeg, Joyanne aime raconter les histoires de cette ville, surtout lorsque la politique est impliquée. Joyanne est devenue reporter à l’hôtel de ville pour le Winnipeg Free Press au début de 2020.

Lire la biographie complète&#13 ;



Estimez votre maison en ligne