Le plan d’éducation vise à améliorer les résultats

La semaine dernière, le gouvernement du Manitoba a publié une loi sur la réforme de l’éducation basée sur les recommandations du très attendu rapport sur l’éducation K-12. Pour la première fois depuis plus d’une génération, la structure sous-jacente des écoles publiques du Manitoba a été examinée. Tout n’a pas reçu une note de passage.

Le Manitoba compte plus de conseils et de conseillers scolaires par habitant que partout ailleurs au Canada. Le financement des écoles est basé sur des formules compliquées liées aux impôts fonciers et à la valeur des maisons, ce qui entraîne un financement inégal dans les différentes divisions scolaires. Par exemple, River East Transcona avait le financement le plus bas par élève, soit 12 990 $, tandis que St. James Assiniboia dépensait 15 508 $.

Les enseignants gagnent des sommes différentes selon l’endroit de la province où ils travaillent, les salaires et les avantages sociaux variant également à Winnipeg. Les enseignants ayant une expérience et une formation similaires, qui enseignent des classes similaires dans différentes écoles, reçoivent des salaires qui varient, ainsi que des avantages sociaux différents.

Toronto, Ottawa, Saskatoon, Calgary, Edmonton, Vancouver et Victoria sont toutes passées à des commissions scolaires uniques il y a des années afin d’égaliser des inégalités similaires. Winnipeg fusionnera ses six divisions scolaires et modifiera son modèle de financement pour assurer une plus grande cohérence. Les enseignants de toute la province négocieront de façon centralisée, ce que la Manitoba Teachers’ Society souhaite depuis des années.

Les 37 conseils scolaires du Manitoba seront regroupés en une seule autorité provinciale en matière d’éducation, ce qui permettra d’avoir un système plus coordonné et plus uniforme et de réaffecter 40 millions de dollars des conseils scolaires qui faisaient double emploi aux salles de classe.

L’objectif est d’augmenter le nombre d’assistants pédagogiques, de cliniciens, d’enseignants et d’autres experts qui collaborent pour renforcer la littératie et la numératie et soutenir la santé mentale et le bien-être de nos enfants. Les parents participeront de manière plus significative au processus décisionnel local grâce à de nouveaux conseils communautaires scolaires. Les directeurs d’école, les conseils de parents et les enseignants détermineront ensemble la meilleure façon d’investir dans nos écoles.

Si le système actuel donnait des résultats de premier plan, il vaudrait peut-être la peine de le préserver, mais des décennies de la structure actuelle prouvent que ce n’est pas le cas. Sous le gouvernement précédent, le Manitoba se classait au dernier rang des provinces dans chaque catégorie de résultats scolaires. Bien qu’il ait dépensé le troisième plus d’argent au Canada, le Manitoba a été la seule province à voir les niveaux de lecture baisser entre 2007 et 2013. En 2016, nous nous sommes classés 10e sur 10 provinces pour les niveaux de lecture et les mathématiques.

Nos enfants méritent mieux que la dernière place. Il est impératif que le système éducatif du Manitoba offre une meilleure éducation. En plus de la construction de 20 nouvelles écoles, ces changements attendus depuis longtemps permettront de réorienter l’argent des salles de conseil vers les salles de classe, de rationaliser les dédoublements et de corriger les incohérences afin d’améliorer l’éducation des élèves du Manitoba.

N’hésitez pas à communiquer avec mon bureau en composant le 204-289-4545 ou en envoyant un courriel à andrew@andrewmicklefield.com.

La semaine dernière, le gouvernement du Manitoba a publié une loi sur la réforme de l’éducation basée sur les recommandations du rapport tant attendu sur l’éducation K-12. Pour la première fois depuis plus d’une génération, la structure sous-jacente des écoles publiques du Manitoba a été examinée. Tout n’a pas reçu une note de passage.

Le Manitoba compte plus de conseils et de conseillers scolaires par habitant que partout ailleurs au Canada. Le financement des écoles est basé sur des formules compliquées liées aux impôts fonciers et à la valeur des maisons, ce qui entraîne un financement inégal dans les différentes divisions scolaires. Par exemple, River East Transcona avait le financement le plus bas par élève, soit 12 990 $, tandis que St. James Assiniboia dépensait 15 508 $.

Les enseignants gagnent des sommes différentes selon l’endroit de la province où ils travaillent, les salaires et les avantages sociaux variant également à Winnipeg. Les enseignants ayant une expérience et une formation similaires, qui enseignent des classes similaires dans différentes écoles, reçoivent des salaires qui varient, ainsi que des avantages sociaux différents.

Toronto, Ottawa, Saskatoon, Calgary, Edmonton, Vancouver et Victoria sont toutes passées à des commissions scolaires uniques il y a des années afin d’égaliser des inégalités similaires. Winnipeg fusionnera ses six divisions scolaires et modifiera son modèle de financement pour assurer une plus grande cohérence. Les enseignants de toute la province négocieront de façon centralisée, ce que la Manitoba Teachers’ Society souhaite depuis des années.

Les 37 conseils scolaires du Manitoba seront regroupés en une seule autorité provinciale en matière d’éducation, ce qui permettra d’avoir un système plus coordonné et plus uniforme et de réaffecter 40 millions de dollars des conseils scolaires qui faisaient double emploi aux salles de classe.

L’objectif est d’augmenter le nombre d’assistants pédagogiques, de cliniciens, d’enseignants et d’autres experts qui collaborent pour renforcer la littératie et la numératie et soutenir la santé mentale et le bien-être de nos enfants. Les parents participeront de manière plus significative au processus décisionnel local grâce à de nouveaux conseils communautaires scolaires. Les directeurs d’école, les conseils de parents et les enseignants détermineront ensemble la meilleure façon d’investir dans nos écoles.

Si le système actuel donnait des résultats de premier plan, il vaudrait peut-être la peine d’être préservé, mais des décennies de la structure actuelle prouvent que ce n’est pas le cas. Sous le gouvernement précédent, le Manitoba se classait au dernier rang des provinces dans chaque catégorie de résultats scolaires. Bien qu’il ait dépensé le troisième plus d’argent au Canada, le Manitoba a été la seule province à voir les niveaux de lecture baisser entre 2007 et 2013. En 2016, nous nous sommes classés 10e sur 10 provinces pour les niveaux de lecture et les mathématiques.

Nos enfants méritent mieux que la dernière place. Il est impératif que le système d’éducation du Manitoba offre une meilleure éducation. En plus de la construction de 20 nouvelles écoles, ces changements attendus depuis longtemps permettront de réorienter l’argent des salles de conseil vers les salles de classe, de rationaliser les dédoublements et de corriger les incohérences afin d’améliorer l’éducation des élèves du Manitoba.

N’hésitez pas à communiquer avec mon bureau en composant le 204-289-4545 ou en envoyant un courriel à andrew@andrewmicklefield.com.



En savoir plus sur les prix immobilier