Le secteur de la vente au détail de voitures de la région MENA doit-il se tourner vers l’Internet ?

DUBAI : La pandémie mondiale a considérablement accéléré la numérisation dans les industries tournées vers le consommateur, offrant aux vendeurs une opportunité de survivre au marasme actuel mais aussi de préparer le terrain pour une croissance future soutenue.

Les ventes mondiales de voitures devraient diminuer de 9,4 % d’ici à la fin de 2020. De nombreux facteurs ont contribué à ce glissement, notamment la pandémie de COVID-19 et la baisse subséquente du pouvoir d’achat des consommateurs, ainsi que des économies plus faibles, un besoin réduit de transport et l’effondrement des prix du pétrole.

Le marché automobile de la région MENA a également été touché. Les vendeurs d’Arabie saoudite – dont l’industrie automobile a connu l’une des croissances les plus rapides au monde entre 2010 et 2015 – ont connu des moments difficiles en 2020.

Entre mars et juin, les ventes de voitures neuves en Arabie saoudite ont chuté de 60 %, et les visites dans les salles d’exposition de 80 %. Cette situation a eu de graves répercussions sur les secteurs de l’entretien et de l’après-vente, avec une baisse de 25 % des dépenses moyennes par véhicule, une chute de 75 % des entretiens périodiques et une baisse de 70 % des ventes de pièces détachées.

Le temps est-il enfin venu pour le secteur de la vente au détail de voitures de la région de passer à la vente en ligne ?


Un Saoudien regarde des voitures Nissan lors du 30e Salon international de l’automobile de Riyad, le 29 novembre 2016 à Riyad. (AFP/File Photo)

C’est certainement un sujet de réflexion ; si l’on regarde d’autres marchés, les outils en ligne sont venus à la rescousse de concessionnaires automobiles en difficulté. Aux États-Unis, où les ventes de voitures sont estimées à 840 milliards de dollars, les transactions en ligne ne représentent encore qu’environ 1 % du total, mais leur part a commencé à augmenter suite aux restrictions COVID-19.

“Avec le coronavirus, nous avons constaté un changement supplémentaire dans le désir d’acheter des véhicules en ligne”, a déclaré à Reuters en août dernier Ernie Garcia, PDG du détaillant de voitures d’occasion en ligne Carvana, basé en Arizona.

Certains détaillants automobiles de la région MENA commencent à reconnaître la valeur des outils en ligne, ce qui suggère que la ” poignée de main “, qui a longtemps défini le marché régional, pourrait ne pas être la seule façon de faire des affaires dans ce secteur à l’avenir.

En juin dernier, Mohamed Yousuf Naghi Motors (MYNM) a lancé sa première salle d’exposition virtuelle pour les voitures BMW en Arabie saoudite, permettant aux clients d’explorer et de comparer à distance les modèles des collections de voitures neuves et d’occasion certifiées. Mark Notkin, directeur général de MYNM, a qualifié cette initiative de “pas dans la bonne direction”.


Un Emirati regarde des voitures classiques exposées dans le centre-ville de Dubaï, le 24 mars 2016, lors de la huitième édition de l’Emirates Classic Car Festival. (AFP/File Photo)

Kia Motors a fait de même en lançant son service “Live Stream Showroom”, qui propose des visites vidéo personnalisées en temps réel de certains concessionnaires Kia en Arabie saoudite, au Qatar et au Pakistan. Les clients peuvent programmer des sessions individuelles en direct avec un représentant de la société pour obtenir des réponses à leurs questions. Kia devrait étendre ce service à toute la région MENA.

Dans le but d’attirer les propriétaires de voitures méfiants dans les centres de service et d’alimenter le marché des pièces de rechange, Nissan a commencé à offrir un service de porte-à-porte en Arabie saoudite par le biais d’une application mobile dédiée. Les clients peuvent prendre des dispositions pour que leur véhicule soit récupéré à l’endroit de leur choix et ramené à leur porte, révisé et stérilisé.

“Les tendances en matière d’entretien des véhicules sont de plus en plus axées sur la commodité, et les clients sont désormais plus enclins à profiter des services à leur domicile ou sur leur lieu de travail plutôt que d’investir du temps dans un centre de service”, a déclaré Subhash Joshi, du groupe d’études de marché Frost &amp ; Sullivan, à un quotidien des EAU.

Il est encore tôt pour évaluer correctement l’adoption par les clients des nouvelles technologies proposées par les concessionnaires automobiles de la région.


Des Saoudiennes visitent une salle d’exposition de voitures pour femmes, le 11 janvier 2018, dans la ville portuaire saoudienne de Jeddah, sur la mer Rouge. (AFP/File Photo)

Une étude réalisée par YallaMotor a interrogé 1 200 personnes des pays du CCG sur leurs préférences en matière d’achat de voitures après la pandémie du COVID-19. D’après les résultats, 60 % des acheteurs de voitures interrogés préfèrent désormais acheter en ligne plutôt que dans une salle d’exposition.

Ces résultats pourraient constituer une première indication de l’évolution des attitudes des consommateurs et des entreprises de la région à l’égard d’un segment de marché qui a longtemps été réfractaire à la vente en ligne, mais il est difficile de prédire si cette évolution est appelée à durer.

“Nous espérons que ces premiers résultats permettront de guider le secteur automobile vers son prochain plan d’action”, a déclaré Jorge Bialade, directeur général de YallaMotor, dans un communiqué.

Indépendamment du succès à long terme de ces outils en ligne nouvellement lancés, les changements provoqués par la pandémie et le déclin des ventes ont poussé l’industrie automobile à explorer les moyens de réinventer son expérience traditionnelle.

Par conséquent, le marché automobile de la région MENA après le COVID sera probablement différent de celui d’avant la pandémie.

—————–

* Ce rapport est publié par Arab News en tant que partenaire du Middle East Exchange, qui a été lancé par les Mohammed bin Rashid Al Maktoum Global Initiatives pour refléter la vision du premier ministre des EAU et du dirigeant de Dubaï d’explorer la possibilité de changer le statut de la région arabe.

Tout savoir sur l’immobilier en rhone-alpes