L’économie de la Pologne “modérément libre” se classe 73e en 2021 selon l’indice de liberté économique

Metro Manila (CNN Philippines, 5 mars) – Le groupe de réflexion économique basé à Washington, The Heritage Foundation, a qualifié l’économie philippine de “modérément libre”, malgré le fait qu’elle soit entravée par ce qu’il appelle l’environnement bureaucratique trop réglementaire du pays, les faiblesses du système judiciaire et l’incapacité du gouvernement à résoudre la corruption.

Les Philippines ont obtenu un score de 64,1 pour se classer 73e sur 178 pays en L’indice de liberté économique 2021 de la Heritage Foundation. Le classement du pays a perdu trois places par rapport à sa précédente position en 2020, où il avait terminé à la 70e place avec un score de 64,5.

Le groupe de réflexion économique a également attribué le “déclin de la liberté commerciale” à la raison du classement inférieur des Philippines cette année. Le pays, dont le score se situe dans la catégorie “modérément libre” de l’indice de liberté économique, est également classé 12e sur 40 pays de la région Asie-Pacifique.

L’indice annuel de liberté économique utilise quatre paramètres pour déterminer la liberté économique d’un pays : État de droit, taille du gouvernement, efficacité de la réglementation et ouverture des marchés.

La Heritage Foundation a reconnu le respect des Philippines pour les droits de propriété mais a noté l’application “inadéquate et sporadique” des lois. Elle a également souligné l’omniprésence de la corruption et du copinage dans le pays.

“La procédure d’enregistrement de la propriété est longue et coûteuse. Les tribunaux sont inefficaces, partiaux, corrompus, lents et entravés par les bas salaires, l’intimidation et les procédures complexes”, a noté le groupe de réflexion économique. “Les politiciens puissants, les grandes entreprises ou les familles riches n’ont guère de comptes à rendre”.

L’inefficacité réglementaire du pays est également à la traîne selon l’indice de liberté économique 2021, où la “liberté d’entreprise” continue son déclin depuis trois ans maintenant, en raison de l’ignorance des lois du travail qui imposent des normes d’emploi.

“Il coûte maintenant plus cher d’obtenir un raccordement électrique, et le taux de recouvrement lors de la résolution d’une insolvabilité a chuté. Selon la Banque mondiale, les subventions et les transferts consomment plus d’un quart du budget annuel du gouvernement”, note la Heritage Foundation dans son rapport.

L’indice de liberté économique a mis en évidence les taux élevés d’imposition des revenus des particuliers et des sociétés aux Philippines, qui sont respectivement de 35 % et 30 %, ainsi que d’autres taxes sur la valeur ajoutée et l’environnement. Il indique également que les dépenses du gouvernement ont représenté 20,5 % du produit intérieur brut (PIB) du pays au cours des trois dernières années et que la dette publique représente 38,6 % du PIB.

“La charge fiscale globale est égale à 14,0 % du revenu intérieur total”, selon l’indice.

Les restrictions aux investissements dans plusieurs secteurs continuent d’entraver la liberté commerciale du pays dans l’indice, malgré un secteur financier stable et 10 accords commerciaux préférentiels et 285 mesures non tarifaires en vigueur. Le taux moyen des droits de douane du pays, pondéré en fonction des échanges, est d’environ 5,4 %.

“Les investissements étrangers sont généralement les bienvenus et le code des investissements traite les investisseurs étrangers de la même manière que les investisseurs nationaux. Toutefois, les investissements dans plusieurs secteurs restent limités. Les marchés des capitaux sont sous-développés”, mentionne le rapport.

L’économie philippine a plongé à -9,5 % en 2020, la plus forte chute économique du pays depuis que l’autorité statistique philippine a commencé à collecter des données sur les taux de croissance annuels en 1946, en raison de l’effondrement des dépenses de consommation et des activités commerciales interrompues par la pandémie COVID-19.

Bien qu’il ait promis pendant sa campagne électorale de mettre fin à la corruption pendant son mandat, le président Rodrigo Duterte a souligné dans un discours en octobre 2019 que s’en débarrasser serait un “long, long rêve”.



Votre estimation gratuite en ligne