L’économie du Liban en chute libre avec l’effondrement de la livre et une inflation galopante

Des Libanais font des achats sur un marché dans la ville côtière de Tripoli, au nord de Beyrouth. Le Liban est confronté à sa pire crise économique depuis la guerre civile de 1975-1990. La monnaie nationale est en chute libre, tandis que la pauvreté et le chômage sont en hausse.
Crédit image : AFP

Beyrouth : Le Liban est aux prises avec sa pire crise économique depuis la guerre civile de 1975-1990. La monnaie nationale est en chute libre, tandis que la pauvreté et le chômage sont en hausse. La pire récession économique que le Liban ait connue depuis des décennies a poussé une population meurtrie au bord du gouffre sans qu’aucune solution ne soit en vue.

Une livre en chute libre

La livre libanaise a perdu environ 90 % de sa valeur par rapport au dollar sur le marché noir en 18 mois de crise. Alors que la monnaie reste officiellement arrimée au billet vert à 1 507 livres libanaises, le taux de change a grimpé à environ 15 000 sur le marché noir.

Pauvreté

Quelque 55 % des Libanais vivent sous le seuil de pauvreté de 3,84 dollars par jour, indique l’ONU. Jusqu’à 23 % des Libanais vivent dans l’extrême pauvreté, contre seulement 8 % en 2019.

Inflation

Les prix à la consommation ont augmenté de près de 146 pour cent en 2020, selon les statistiques officielles. Les prix des denrées alimentaires ont globalement augmenté de plus de 400 % l’année dernière, selon le Programme alimentaire mondial.

Le prix d’un panier de produits de survie essentiels tels que le riz, les pâtes et l’huile de cuisson a presque triplé depuis octobre 2019, indique le PAM. Le prix du pain subventionné a augmenté de 91,5 % depuis mai 2020, le gouvernement à court d’argent ayant progressivement augmenté le prix d’un gros paquet de pain plat tout en diminuant son poids.

Le prix de la viande a augmenté de 110 % au cours de l’année écoulée, tandis que le coût du poulet a augmenté de 65 %, indique la Banque mondiale.

Salaire médian

Avant que la crise économique n’éclate en 2019, le salaire médian au Liban était de plus de 950 000 livres libanaises, selon les statistiques officielles. Alors que ce salaire valait environ 630 dollars avant la crise, sa valeur au marché noir mardi n’était que de 63 dollars.

Chômage

Fin 2020, le taux de chômage s’élevait à 39,5 pour cent. De 2019 à 2020, l’emploi à temps plein a chuté de 40 % dans le secteur de la construction, tandis qu’il a diminué de 31 % dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration, indique l’ONU.

Aide

Un prêt de la Banque mondiale de 246 millions de dollars doit permettre de fournir une aide à quelque 786 000 Libanais les plus durement touchés.

Récession

Le produit national brut du Liban a chuté de 25 % l’année dernière, selon le Fonds monétaire international.

Dette

La dette publique a atteint 95,6 milliards de dollars fin 2020, indique le troisième prêteur du pays, la Byblos Bank.

Cela équivaut à 171 % du PIB, selon le Fonds monétaire international.

Réserves de devises étrangères

Le 15 mars, la banque centrale disposait de 17,5 milliards de dollars de réserves, selon son site Internet, même si les analystes ont affirmé que le chiffre était probablement inférieur.

À la fin du mois de février 2020, elles s’élevaient à 30,3 milliards de dollars, selon les analystes de la Byblos Bank, qui expliquent que la baisse est principalement due aux dépenses en subventions, notamment pour le blé et le carburant.

Déficit commercial

Le déficit de la balance des paiements du Liban a atteint 10,2 milliards de dollars à la fin du mois de novembre 2020, soit près du double de celui enregistré un an auparavant, selon les statistiques de la banque centrale, d’après un rapport du principal prêteur Bank Audi.

Électricité

Le gouvernement a dépensé 40 milliards de dollars dans le secteur de l’électricité depuis 1992, ce qui représente 40 % de la dette publique, selon un rapport de l’Université américaine de Beyrouth.

Pourtant, la société d’État ne couvre que 63 % de la demande d’électricité, ce qui entraîne des coupures de courant, selon une étude de décembre de l’AUB.

Il ne reste plus que deux semaines avant un black-out national, à moins qu’un financement d’urgence ne soit assuré pour acheter le fuel nécessaire au fonctionnement des centrales électriques, a averti le ministre de l’énergie intérimaire.

Coronavirus

Alors même qu’il lutte contre la crise économique, le Liban a enregistré au moins 418 448 cas de Covid-19 depuis le début de l’année dernière, dont 5 380 mortels.

Explosion dans un port

L’année dernière, une explosion massive dans le port de Beyrouth a tué plus de 200 personnes et ravagé des pans entiers de la capitale. Elle a causé entre 6,7 et 8,1 milliards de dollars de dommages et de pertes économiques, selon la Banque mondiale.

Réfugiés

Parmi les plus de six millions d’habitants du Liban, on compte environ 1,5 million de Syriens qui ont fui la guerre dans leur pays, dont près d’un million ont été enregistrés comme réfugiés auprès des Nations unies.Neuf familles syriennes réfugiées sur dix au Liban vivent dans une extrême pauvreté, selon l’ONU.Près de 180 000 Palestiniens vivent également au Liban, selon un recensement officiel.

Dans une enquête réalisée en mai 2020, 80 % des personnes interrogées ont déclaré avoir perdu leur emploi ou vu leur salaire réduit, a indiqué l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens.

Tout savoir sur l’immobilier en rhone-alpes