LETTRE : Greenwich, la valeur de votre maison pourrait bien baisser !

Soumis par Dick Schulze, membre du conseil d’administration de l’association Northeast Greenwich.

Pour la plupart d’entre nous, notre maison familiale est l’un des plus grands actifs financiers que nous possédons et que nous voudrons peut-être léguer à nos enfants ou à d’autres personnes. De plus en plus, des mesures prises par les autorités locales et nationales érodent cette valeur.

Si vous vivez dans une maison unifamiliale et qu’un promoteur ou votre voisin transforme sa maison en maison multifamiliale, la valeur de votre maison va chuter. Si un voisin vend sa maison à un “organisme à but non lucratif” qui l’utilise ensuite pour générer des revenus, la valeur de votre maison diminuera probablement. Même si elle n’est pas utilisée pour générer des revenus, elle sera retirée de la liste des biens immobiliers.
Même si elle n’est pas utilisée pour générer des revenus, elle sera retirée de l’assiette fiscale de la ville (” grande liste “), ce qui vous obligera à payer une plus grande part des dépenses de la ville.

Si cela vous inquiète, c’est le moment de parler à vos élus, ici et à Hartford, pour empêcher que cela ne se produise. Lorsque nous avons acheté des maisons à Greenwich, nous avons présumé que le zonage et les règlements prudents resteraient cohérents, c’est-à-dire que le “caractère” de nos quartiers ne changerait pas. Nous considérions essentiellement que nous avions un contrat tacite avec la ville selon lequel ces protections ne seraient pas modifiées au détriment des résidents de la ville. Le zonage est une incitation à investir, et à faire protéger cet investissement. La tentative de Hartford de passer outre nos lois locales sur le zonage n’est PAS conforme à notre tradition de capacité locale à prendre des décisions en matière d’aménagement du territoire qui répondent aux besoins uniques de notre communauté.

Exemples :

– Votre voisin veut autoriser une deuxième famille à vivre dans sa maison. Ils peuvent et ont reçu la permission de P&Z pour le faire. Sous la pression de Desegregate CT, notre législature d’état envisage de permettre cela sans audience – exigeant qu’une agence de la ville l’approuve en se basant uniquement sur des questions de sécurité, etc. Votre seul recours est d’engager un avocat, à vos frais, pour essayer de faire respecter les exigences de zonage existantes. Votre seul recours est d’engager un avocat, à vos frais, pour essayer de faire respecter les exigences de zonage existantes. Cela entraînera une baisse de la valeur des maisons qui aura un impact sur tous les voisins, pas seulement sur vous.

– Si l’une de nos excellentes écoles privées ou l’hôpital veut acheter une maison pour l’utiliser par son personnel, soit comme maison, soit comme bureau, cette propriété sortira du rôle des impôts. Si l’ancienne maison Helmsley est vendue à une école, elle sera également retirée de la liste des taxes. Devinez qui paie alors une part plus importante des dépenses de la ville par le biais de taux d’imposition plus élevés ?

– Si une organisation à but non lucratif 501(c)(3) achète une maison dans une zone résidentielle qui est ensuite utilisée pour générer des revenus pour ceux qui y travaillent, elle est retirée de la grande liste, malgré l’augmentation du trafic commercial, etc.

Quelques alternatives à considérer :

– Si un changement d’utilisation d’une propriété est demandé à P&Z qui dépréciera la valeur des propriétés des voisins et de cette zone de la ville, les propriétaires demandant de tels permis spéciaux devraient être obligés de faire réaliser une étude d’impact financier par un évaluateur indépendant, payé par le demandeur. Les voisins devraient être “dédommagés” par des investisseurs qui réduiront la valeur des propriétés du quartier afin que l’investisseur puisse gagner de l’argent.

– Si une “organisation caritative” 501(c)(3) ou 501(c)(4) à but non lucratif achète une propriété dans une zone résidentielle, et l’utilise pour générer des revenus pour ce propriétaire, il s’agit essentiellement d’une utilisation commerciale / professionnelle, mais elle est retirée de notre Grande liste. Cette génération de revenus devrait être divulguée à l’agence concernée (P&Z ou ZBA). Au lieu que toute la communauté doive essentiellement subventionner cet “organisme de bienfaisance” et être gênée par l’augmentation de la circulation, du bruit, de la pollution, etc.

– L’empiètement des organisations à but non lucratif sur notre assiette fiscale rend Greenwich de plus en plus cher – voire inabordable. Toutes les agences de la ville devraient envisager d’imposer des “paiements en lieu et place de taxes” lorsque des approbations spéciales sont demandées et qu’elles ont un impact sur les recettes fiscales de la liste générale.

– Les nouvelles nominations à P&Z, au Zoning Board of Appeals (ZBA) et à l’Inland Wetlands and Waterways Agency (IWWA) devraient être le fait de personnes réceptives et responsables de la protection des quartiers contre le développement qui affecte leur caractère et, en fin de compte, leur valeur et les impôts fonciers résidentiels. Ces questions devraient faire partie des responsabilités de ces agences.

Si vous êtes concernés par ces possibilités, parlez ou écrivez à vos élus locaux et aux législateurs de votre État. Nous ne devons pas permettre que ces érosions du caractère de notre communauté et de la valeur de nos propriétés se produisent sans essayer d’en atténuer l’impact. Dites également à vos législateurs d’État que le fait que Hartford passe outre nos lois de zonage locales n’est PAS conforme à notre tradition de capacité locale à prendre des décisions en matière d’aménagement du territoire qui répondent aux besoins uniques de notre communauté.

Dick Schulze, membre du conseil d’administration de NEGA



Tout savoir sur l’immobilier en rhone-alpes