Qui paie vraiment pour la poldérisation de Penang ? dit un économiste

Le ministre en chef de Penang, Chow Kon Yeow, montre des photos du projet PSR lors d’une conférence de presse à Komtar le 25 mars.

GEORGE TOWN : Un économiste a demandé aujourd’hui comment le gouvernement de l’Etat allait payer pour la récupération d’une île au large de la côte sud après qu’une entreprise ait récemment obtenu les droits de récupérer l’île par elle-même, par opposition à une récupération financée par l’Etat auparavant.

Lim Mah Hui, du Forum de Penang, a déclaré qu’il n’y avait aucune explication sur la façon dont il allait payer le Consortium SRS après que le gouvernement de l’État ait annoncé qu’une nouvelle coentreprise dirigée par SRS mènerait la poldérisation en tant que partie majoritaire, tandis que les terres poldérisées seraient la propriété de l’État.

Le ministre en chef Chow Kon Yeow a récemment annoncé la création d’une coentreprise entre la société d’État Penang Infrastructure Corporation Sdn Bhd (30 %) et SRS (70 %) qui récupérerait la moitié de l’île A sous la piste de l’aéroport de Penang.

SRS devrait payer 3,8 milliards de RM pour la remise en état, tandis que l’État ne paiera rien.

Lim Mah Hui, économiste et ancien banquier international.

Lim, économiste et ancien banquier international, a déclaré que l’arrangement entre le gouvernement de l’État et SRS n’était pas transparent et soulevait de nombreuses questions.

“Quel est le rôle de cette JV ? S’agit-il seulement de désigner un entrepreneur pour récupérer l’île ? A-t-elle un droit de propriété sur les terres récupérées ? Ou bien le terrain récupéré appartient-il entièrement à l’État ? Quel organisme public en sera le propriétaire ?

“Quel est le capital initial autorisé et libéré de cette JV ? Ou s’agit-il d’une société RM1 ? L’État contribuera-t-il à hauteur de 30 % du capital libéré ?

“Il serait étrange que l’État ne mette pas un seul sen comme il le prétend et qu’il détienne pourtant 30 % des parts (de la JV) ? Il est également étrange que l’État ait la pleine propriété du terrain alors qu’il n’apporte aucun capital.

“Comment l’entrepreneur va-t-il être payé ? Est-ce par la vente du terrain récupéré ?

” Et s’ils paient le SRS en nature, par le biais d’un échange de terrain, que se passe-t-il si le terrain est vendu en dessous de la valeur prévue ? Comment le SRS sera-t-il payé ? L’État donnera-t-il une garantie pour compenser la perte ? Ou bien le SRS assumera-t-il la perte ?

“Il est difficile de croire qu’une entreprise privée prendrait tous les risques et que l’État recevrait les bénéfices. Il faut répondre à ces questions et à bien d’autres encore.”

L’île A est l’une des trois îles proposées par le gouvernement de l’État dans le cadre du plan directeur des transports de Penang, d’un montant de 46 milliards de RM. Les deux autres îles resteraient dans le cadre d’un modèle de partenariat de réalisation de projet, où l’État paierait pour cela.

Le gouvernement de l’État a eu recours au modèle PDP après avoir échoué à obtenir une garantie du gouvernement fédéral pour les prêts nécessaires à la réalisation du projet et a permis à SRS de réaliser le projet en utilisant ses propres fonds.

Meenakshi Raman

Le président de Sahabat Alam Malaysia (SAM), Meenakshi Raman, a déclaré que le gouvernement de l’État ne devrait pas être trop pressé d’aller de l’avant avec le projet, car les approbations nécessaires doivent encore être données par le ministère de l’Environnement (DoE).

Elle a déclaré que les personnes impliquées dans le projet de récupération avaient envoyé un rapport d’évaluation de l’impact environnemental (EIA) révisé en janvier, qui doit encore être approuvé.

Meenakshi a déclaré qu’une unité de pêcheurs avait déposé un appel contre l’approbation de l’EIE en juillet 2019 et attendait une décision du panel de trois membres. Ce comité est dirigé par Rozina Ayob, juge du tribunal de session, et compte parmi ses membres l’ancien directeur général du ministère de l’Environnement, Abu Bakar Jaafar, et un universitaire spécialisé dans les études environnementales, Ramdzani Abdullah.

Elle a déclaré que le panel était censé se réunir cette semaine, mais qu’il a été reporté au 23-25 juin, en attendant le résultat de la décision du DoE sur l’EIE révisée envoyée en janvier.

“Le gouvernement de l’Etat et SRS doivent attendre toutes les approbations du DoE. Ce n’est pas seulement le plan de gestion de l’environnement qui est en attente d’approbation, mais aussi l’EIE révisée.

Le projet PSR, ou projet des trois îles, vise à récupérer 1 821 hectares de terres. L’État prévoit de vendre ces terres au plus offrant pour financer des projets d’infrastructure d’une valeur de 46 milliards de RM, tels que des autoroutes et une ligne de métro léger à 30 stations.

Le projet s’étendra sur 17 km², avec des îles couvrant 9,3, 4,45 et 3,23 km², qui seront récupérées au large de la côte entre Permatang Damar Laut et Gertak Sanggul.

En savoir plus sur les prix immobilier