SECURE Energy annonce un fort flux de trésorerie discrétionnaire libre de 96 millions de dollars pour 2020

CALGARY, AB, 25 février 2021 /CNW/ – SECURE ENERGY Services Inc. (“SECURE”) (TSX : SES) a publié aujourd’hui ses résultats opérationnels et financiers pour les trois et douze mois se terminant le 31 décembre 2020, mis en évidence par les flux de trésorerie disponibles discrétionnaires de 2020i de $95.8 millions.

Le présent communiqué de presse doit être lu en parallèle avec le rapport de gestion de la société (“MD&A”) pour les trois et douze mois clos le 31 décembre 2020, ainsi qu’avec les états financiers consolidés vérifiés et les notes y afférentes pour les exercices clos le 31 décembre 2020 et 2019 qui sont disponibles sur SEDAR à l’adresse www.sedar.com.

SECURE est également heureux d’annoncer la publication de son deuxième rapport complet sur le développement durable, qui peut être consulté sur le site web de la société. Le rapport sur le développement durable 2020 présente les performances de la société en 2020 en ce qui concerne les questions environnementales, sociales et de gouvernance essentielles et souligne nos engagements en matière de développement durable, les impacts positifs de nos initiatives en cours et des informations sur la manière dont nous continuons à affiner nos stratégies et processus de développement durable.

RÉVISION 2020

Faits saillants financiers et opérationnels

  • L’achèvement de la restructuration organisationnelle qui a abouti à une 40 millions de dollars réduction du coût des ventes et des frais généraux et administratifs sur une base annualisée ;
  • Augmentation de la marge bénéficiaire du segmenti en pourcentage des recettes de l’année précédente, tant dans le secteur des infrastructures intermédiaires que dans celui de la gestion de l’environnement et des fluides ;
  • Génération d’un flux de trésorerie libre discrétionnaire de 95,8 millions de dollars;
  • Réduction de l’encours de la dette sur les facilités de crédit de la société de 54,9 millions de dollars;
  • Achèvement de la construction de l’oléoduc East Kaybob, le deuxième réseau de collecte de pétrole de la société, qui assure la SÉCURITÉ des redevances à long terme sur les tarifs de l’oléoduc, et des volumes fiables à la Fox Creek de l’installation ;
  • Réduction des émissions de gaz à effet de serre de portée 1 pour la quatrième année consécutive, à la fois en valeur absolue et en intensité ;
  • a étendu la 130 millions de dollars la facilité de crédit de second rang d’un an à 31 juillet 2022.

2020 a été une année marquée par des défis sans précédent pour l’industrie du pétrole et du gaz. L’impact de la pandémie COVID-19 sur la demande de pétrole a été exacerbé par des inquiétudes quant à l’offre excédentaire découlant de l’échec des négociations entre les pays de l’OPEP+ sur la réduction de la production. Ces facteurs ont entraîné une chute spectaculaire des prix du pétrole brut et des liquides à partir de Mars 2020 ce qui a eu des conséquences négatives profondes sur les flux de trésorerie des producteurs. Les clients de SECURE ont réagi en réduisant les investissements en capital, en arrêtant temporairement la production et en faisant preuve de la plus grande vigilance sur les coûts d’exploitation. Sur Mai 2020Les prix du pétrole brut et des liquides ont commencé à se redresser, avec des améliorations constantes pendant le reste de l’année. Toutefois, en moyenne, les prix de référence du pétrole brut en 2020 sont restés inférieurs de 31 % à ceux de l’année précédente.

Des résultats financiers résistants

Les stratégies employées par SECURE au cours des dernières années pour accroître la stabilité des flux de trésorerie de la société, notamment l’ajout d’oléoducs et d’aqueducs soutenus par des contrats à long terme, le stockage du pétrole brut, les produits chimiques de production et les travaux récurrents sur les projets environnementaux, ont contribué à réduire l’impact de la faible activité de forage et de finalisation sur les résultats de la société en 2020. La société a enregistré un EBITDA ajustéi de $136Le montant total des dépenses de l’UE pour l’année se terminant le 31 décembre 2020 s’élève à 0,2 million d’euros, soit une diminution de 24 % par rapport à 2019. Cela reflète le niveau de production et les volumes contractuels de SECURE et les mesures importantes prises au cours de l’année pour réduire les dépenses d’exploitation et les frais généraux et administratifs (“G&A”) afin d’ajuster la structure des coûts de la société à des niveaux conformes aux niveaux d’activité, notamment

  • Réduction des coûts de personnel d’environ 25 %. Les mesures prises pour réduire les coûts de personnel comprennent des horaires de travail modifiés, le partage de poste, des réductions de salaire et des licenciements. SECURE s’attend à des économies annualisées de plus de 40 millions de dollars en raison de la structure organisationnelle allégée de la société, dont la majorité devrait durer même si les niveaux d’activité augmentent.
  • Nous avons utilisé le programme de subvention salariale du gouvernement fédéral canadien pour réduire l’impact de la crise sur notre personnel. Au total, en 2020, la Société a enregistré un 23,9 millions de dollars la récupération du coût des ventes et des frais de G&A, principalement liés au programme de subventions salariales.
  • Restriction des dépenses discrétionnaires et suspension de tous les voyages non essentiels pour les employés SÉCURISÉS.

Grâce à ces mesures de maîtrise des coûts, les résultats suivants ont également été obtenus en 2020 :

  • Réduction des dépenses globales de G&A (à l’exclusion de l’amortissement, de l’épuisement et de la rémunération en actions) de 28,2 millions de dollarssoit 37 %, par rapport à l’année précédente. En pourcentage des recettes (hors achat et revente de pétrole), les dépenses de G&A se sont élevées à 10 % pour l’exercice clos le 31 décembre 2008. 31 décembre 2020Le taux de chômage est passé de 12 % l’année précédente.
  • Augmentation de la marge EBITDA ajustéei à 30 %, contre 29 % l’année précédente.
  • Augmentation de la marge bénéficiaire du segment des infrastructures médianes en pourcentage des recettes (hors achat et revente de pétrole) à 62 %, contre 61 % l’année précédente.
  • Augmentation de la marge bénéficiaire du segment de la gestion de l’environnement et des fluides en pourcentage des recettes à 23 %, contre 20 % l’année précédente.

Avec ces résultats, la société a démontré que les offres de SECURE en matière d’infrastructures de milieu de chaîne et de services basés sur la production génèrent des flux de trésorerie importants qui sont durables compte tenu des faibles prix des matières premières et des niveaux d’activité auxquels nous serons confrontés en 2020.

Un bilan solide

Le maintien d’un bilan solide a toujours été une priorité essentielle pour la société. SECURE a pris des mesures supplémentaires en 2020 pour maximiser le flux de trésorerie disponible discrétionnaire et orienter ces fonds vers la réduction de la dette afin de positionner au mieux la société pour un succès à long terme :

  • Réduction de 47 % des dépenses totales en capital à partir de 2019, à 71,3 millions de dollars. 53,0 millions de dollars du total des dépenses liées au capital de croissance et d’expansion, engagées principalement pour la construction de l’oléoduc East Kaybob, un système de collecte de pétrole léger et de condensats étayé par des engagements de 15 ans de la part de multiples producteurs, ce qui est conforme à notre stratégie sous-jacente visant à accroître la stabilité de nos flux de trésorerie grâce à des contrats de service à long terme. La société a également engagé 9,1 millions de dollars du capital de soutien.
  • Le dividende mensuel a été réduit de $0.0225 (2,25 cents) à $0.0025 (0,25 cents) efficace 1er mai 2020. Cette réduction du dividende se traduit par des économies de trésorerie annualisées d’environ 38 millions de dollars. Suite à la Juin 2020 mensuel, la société est passée à un dividende trimestriel, avec le premier versement de $0.0075 (0,75 cents) par action ordinaire en Octobre 2020.
  • Minimisation du risque de contrepartie et optimisation du fonds de roulement. La société dispose d’un solide processus d’examen du crédit et a travaillé en étroite collaboration avec ses clients cette année pour assurer le recouvrement des créances dans les délais. Grâce à ces procédures diligentes, les pertes de crédit de la société en 2020 étaient conformes aux moyennes historiques basses. Sur le site 31 décembre 2020Le fonds de roulement de la société (actif à court terme moins les comptes créditeurs et les charges à payer) s’élevait à 63,8 millions de dollars, en baisse de 125,3 millions de dollars à l’adresse suivante : 31 décembre 2019.

Au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2020, la société a prolongé d’un an, jusqu’au 31 juillet 2022, la facilité de crédit de second rang existante de 130 millions de dollars (“Second Lien Facility”). Il n’y a pas eu de changement aux termes, conditions et engagements restants de la facilité de second rang. La société a également conclu des swaps de taux d’intérêt pour fixer le taux d’intérêt de la facilité de second rang à 5,5 %. L’extension de la durée réduit le risque de liquidité à court terme et offre à la société une plus grande souplesse financière.

Le tableau suivant présente les ratios de la dette senior et totale de SECURE par rapport à l’EBITDA sur douze moisii au 31 décembre 2020, par rapport aux seuils fixés dans nos accords de facilités de crédit.


31 décembre 2020

Seuil

Dette senior par rapport à l’EBITDA

2.2

3.5

Dette totale par rapport à l’EBITDA

3.2

5.0

SECURE continuera à se concentrer sur la gestion de la situation financière de la société tout au long de l’année 2021. Une solide ligne de mire pour un important flux de trésorerie discrétionnaire en 2021 offrira une plus grande flexibilité pour le remboursement continu de la dette, des rachats d’actions opportunistes et la croissance des infrastructures intermédiaires d’une manière cohérente avec la stratégie commerciale de SECURE.

Flux de trésorerie libre discrétionnaire

Au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2020, SECURE a généré un flux de trésorerie disponible discrétionnaire de $95La baisse de l’EBITDA ajusté résultant de la réduction des niveaux d’activité a été partiellement compensée par les initiatives supplémentaires d’économie de trésorerie mises en œuvre en 2020, comme décrit ci-dessus. La société a utilisé les flux de trésorerie disponibles discrétionnaires pour financer le programme d’investissement, le reste étant affecté à la dette en cours. Au total, la société a réduit le montant tiré sur sa facilité de crédit de premier rang de 600 millions de dollars (“First Lien Facility”) de $54.9 millions, soit 17%, au cours de l’année 2020. Au 31 décembre 2020, le premier mécanisme de garantie avait $269.5 millions tirés, ce qui donne une capacité disponible de $330.5 millions, sous réserve des restrictions prévues par la convention.

Environnement, social et gouvernance (“ESG”)

SECURE reconnaît que le succès à long terme de la société va au-delà des résultats financiers générés par la société. SECURE s’efforce de relier la forte culture de ses employés à ses stratégies d’entreprise afin d’améliorer les performances ESG. Nous affinons continuellement nos stratégies et nos processus afin d’améliorer la durabilité de notre entreprise en intégrant les facteurs ESG dans notre stratégie commerciale globale, la gestion des risques et le développement commercial. Nos engagements en faveur de la durabilité, notamment le fait de donner la priorité à la sécurité, de minimiser les impacts environnementaux de nos activités et de créer des relations positives avec les parties prenantes des communautés dans lesquelles nous vivons et travaillons, guident ces stratégies.

Au cours de l’année écoulée, la société a pris les mesures suivantes pour faire progresser notre cadre ESG et traiter les questions clés :

Environnement

Social

Gouvernance

  • a élaboré une feuille de route pour atteindre les objectifs de performance à long terme en matière d’émissions.
  • a lancé une initiative d’amélioration des performances environnementales afin de réduire nos besoins en énergie, notre consommation d’énergie et nos émissions.
  • Enregistré dans le cadre de la réglementation de l’Alberta Technology Innovation and Emissions Reduction.
  • Poursuite des efforts d’amélioration de la sensibilisation et de la prévention des déversements.
  • A formalisé une politique de relations avec les autochtones et a fait progresser les pratiques d’engagement communautaire.
  • Introduit un code de conduite des fournisseurs étendant nos valeurs communes et nos engagements en matière de durabilité à tous les fournisseurs, entrepreneurs et consultants employés par la société.
  • Nous avons formalisé un partenariat à long terme avec STARS Air Ambulance pour renforcer notre culture de la sécurité et notre engagement envers les communautés dans lesquelles nous opérons.
  • Mise en place d’une structure interne de gouvernance de la durabilité, avec des employés qui dirigent les initiatives visant à améliorer les performances ESG.
  • Augmentation du nombre de femmes au sein du conseil d’administration à 25%.
  • Lier les objectifs de rémunération des dirigeants aux principaux objectifs de durabilité de l’entreprise.

Veuillez vous référer au rapport sur le développement durable 2020 de SECURE, disponible sur le site web de la société, pour plus d’informations sur les progrès que nous avons réalisés cette année en ce qui concerne nos engagements en matière de développement durable.

SECURE reconnaît également le rôle plus important que nous sommes en mesure de jouer dans la réduction de l’impact environnemental global associé à la fourniture d’énergie au monde. Cela est au cœur de notre stratégie commerciale globale, et la société s’engage à travailler avec ses clients pour fournir des solutions environnementales et intermédiaires innovantes qui permettent non seulement de réduire les coûts, mais aussi de diminuer les émissions, d’améliorer la sécurité, de gérer l’eau, de recycler les sous-produits et de protéger la terre.

FAITS MARQUANTS ANNUELS

Les faits marquants opérationnels et financiers pour les exercices clos 31 décembre 2020Les objectifs de l’Union européenne pour les années 2019 et 2018 peuvent être résumés comme suit :



Douze mois se terminant le 31 décembre,

(en milliers de dollars, sauf pour les données par action)


2020

2019

2018

Recettes (à l’exclusion de l’achat et de la revente de pétrole)


459,674

613,205

694,135

Achat et revente de pétrole


1,363,982

2,440,071

2,239,281

Total des recettes


1,823,656

3,053,276

2,933,416

EBITDA ajusté (1)


136,205

180,172

190,521


Par action ($), de base


0.86

1.13

1.17

(Perte nette) revenu net attribuable aux actionnaires de SECURE


(85,209)

1,600

19,929


Par action ($), de base et diluée


(0.54)

0.01

0.12

Flux de trésorerie provenant des activités d’exploitation


148,723

196,604

186,515


Par action ($), de base


0.94

1.24

1.14

Flux de trésorerie libre discrétionnaire(1)


95,819

115,870

145,988


Par action ($), de base


0.60

0.73

0.90

Dividendes par action ordinaire


0.11

0.27

0.27

Dépenses d’investissement (1)


71,339

134,725

178,646

Total des actifs


1,424,579

1,647,651

1,583,501

Passif à long terme


553,673

624,739

560,863

Actions ordinaires – fin de période


158,700,373

156,460,158

159,274,147

Moyenne pondérée des actions ordinaires






de base


158,561,369

158,984,770

163,008,356


dilué


158,561,369

161,817,532

165,425,609

(1) Voir “Mesures non GAAP” pour plus d’informations.

  • REVENUS DE 1,8 MILLIARD DE DOLLARS POUR L’ANNÉE ÉCOULÉE 31 DÉCEMBRE 2020
    • En 2020, les recettes du segment des infrastructures intermédiaires (hors achat et revente de pétrole) ont diminué de 35 % par rapport à 2019, pour s’établir à 200,7 millions de dollars. La diminution des recettes est attribuable à la baisse des volumes de traitement et d’élimination dans les installations de l’infrastructure intermédiaire de la société en raison de la diminution des volumes de production d’une période à l’autre, résultant de fermetures à court terme ayant principalement des répercussions sur le deuxième trimestre de 2020, de la réduction des activités de forage et d’achèvement dans le bassin sédimentaire de l’Ouest canadien (“BSOC”) et Dakota du Nord depuis Mars 2020et le déclin naturel dû à des investissements limités en capital. La réduction des volumes globaux, aggravée par la baisse des prix du pétrole brut et des liquides au cours des douze mois qui se sont terminés le 31 décembre 2020La crise financière a également eu un impact négatif sur la récupération du pétrole et sur les recettes de commercialisation du pétrole brut par rapport à l’année précédente.
    • Ces facteurs négatifs sur les revenus du segment des infrastructures intermédiaires ont été partiellement compensés par la stabilité accrue apportée par les volumes contractuels associés aux oléoducs et aux conduites d’alimentation en eau de SECURE, y compris les contributions sur toute la période des infrastructures contractuelles ajoutées en 2019.
    • Les recettes provenant de l’achat et de la revente de pétrole en 2020 ont diminué de 44 % par rapport à 2019, pour atteindre 1,4 milliard de dollars. La diminution des revenus est le résultat d’une baisse de 34 % du prix de référence du pétrole léger canadien en 2020 par rapport à 2019, combinée à une réduction des activités de commercialisation en raison de la baisse des volumes de production et des possibilités plus limitées de travailler avec nos clients pour optimiser les prix en utilisant plusieurs flux de pétrole brut et de condensats dans les installations intermédiaires de SECURE.
    • Le chiffre d’affaires du segment de la gestion de l’environnement et des fluides en 2020 a diminué de 15 % par rapport à 2019, pour s’établir à 258,9 millions de dollars. La réduction des activités de forage et de complétion dans le BSOC a entraîné une diminution des recettes générées par les lignes de service soutenant ces activités. Les revenus de ces lignes de services, qui comprennent les services de fluides de forage et de complétion, la location d’équipements de contrôle des solides, la gestion des déchets de forage, la gestion de l’eau et l’élimination des déchets industriels, ont diminué d’environ 30 % pour les douze mois clos le 31 décembre 2008. 31 décembre 2020Le nombre d’appareils de forage en activité a diminué par rapport à l’année précédente, ce qui correspond à la baisse du nombre moyen d’appareils en activité. L’augmentation des revenus générés par la production de produits chimiques grâce à l’attribution d’un plus grand nombre d’appels d’offres et à l’augmentation de la part de marché, à la stabilité des activités de conseil et des projets dans le domaine de l’environnement résultant d’une plus grande diversification de la clientèle en dehors de l’industrie pétrolière et gazière et des contrats dans les Fort McMurray ont partiellement compensé l’ampleur de la baisse des recettes.
  • EBITDA AJUSTÉ DE 136,2 MILLIONS DE DOLLARS POUR L’ANNÉE ÉCOULÉE 31 DÉCEMBRE 2020
    • L’EBITDA ajusté en 2020 a diminué de 24 % par rapport à 2019, pour s’établir à 136,2 millions de dollars principalement en raison de la réduction des recettes d’une période à l’autre, comme décrit ci-dessus. L’impact de la réduction des recettes a été partiellement compensé par une 23,9 millions de dollars la récupération enregistrée dans le coût des ventes et les frais généraux et administratifs;A les dépenses de subventions salariales, principalement liées à la Canada La subvention salariale d’urgence (“CEWS”), un programme fourni par le gouvernement fédéral canadien qui a réduit l’impact du ralentissement économique, de la pandémie COVID-19 et des restrictions connexes sur les niveaux de personnel de la société. L’impact de la réduction de l’activité sur le BAIIA ajusté de la société a également été atténué par des mesures agressives de réduction des coûts lancées en Avril 2020 pour aligner la structure des coûts fixes de la société sur les niveaux d’activité actuels du secteur, ce qui comprend la restructuration organisationnelle et les réductions de personnel et de salaires associées.
  • PERTE NETTE ATTRIBUABLE AUX ACTIONNAIRES DE LA SOCIÉTÉ SECURE DE 85,2 MILLIONS DE DOLLARS POUR L’ANNÉE ÉCOULÉE 31 DÉCEMBRE 2020
    • Pour l’année écoulée 31 décembre 2020La perte nette attribuable aux actionnaires de SECURE s’est élevée à 85,2 millions de dollarspar rapport à un revenu de 1,6 million de dollars en 2019. En plus de la baisse de l’EBITDA ajusté décrite ci-dessus, l’écart est principalement dû aux charges de dépréciation et de restructuration encourues au cours de l’année.
      • Dépréciation d’actifs non courants : L’impact des conditions macroéconomiques, notamment la pandémie COVID-19, sur les fondamentaux de l’offre et de la demande de pétrole brut et de liquides et sur les perspectives de prix des matières premières a entraîné un recul important des niveaux d’activité des clients en 2020, les producteurs ayant géré prudemment leurs flux de trésorerie. Les prix du pétrole brut et des liquides à court terme restent inférieurs aux moyennes de l’année dernière et une grande incertitude règne quant aux niveaux d’activité à court et moyen terme. En conséquence, SECURE a déterminé qu’il existait des indicateurs de dépréciation en 2020 pour plusieurs actifs et unités génératrices de trésorerie (“UGT”). À la suite des tests de dépréciation effectués, une dépréciation hors trésorerie de 34,4 millions de dollars a été comptabilisée en diminution de la valeur comptable des immobilisations corporelles, et 15,7 millions de dollars a été comptabilisée en diminution de la valeur comptable des actifs incorporels.
      • Coûts de restructuration : Sécuriser les dépenses enregistrées de 16,4 millions de dollars au cours de l’année 2020 se rapportait principalement aux indemnités de licenciement des employés résultant des plans de restructuration entrepris par la société pour adapter les effectifs de la société aux niveaux d’activité prévus et rationaliser les processus commerciaux qui ont entraîné la suspension ou la cessation de certaines fonctions.
    • Ces écarts négatifs ont été partiellement compensés par un recouvrement d’impôt sur le revenu plus élevé pour 2020 résultant principalement d’une perte avant impôt plus élevée.
  • DES FLUX DE TRÉSORERIE PROVENANT DES ACTIVITÉS D’EXPLOITATION DE 148,7 MILLIONS DE DOLLARS POUR L’ANNÉE ÉCOULÉE 31 DÉCEMBRE 2020
    • La société a généré des flux de trésorerie provenant des activités d’exploitation de 148,7 millions de dollars en 2020, soit une diminution de 24 % par rapport à 2019, principalement en raison de la baisse de l’EBITDA ajusté de l’année en cours et des coûts de restructuration encourus, partiellement compensée par la baisse des intérêts payés en raison de la réduction de l’encours de la dette et d’un taux d’intérêt moyen pondéré plus faible.
  • DES DÉPENSES D’INVESTISSEMENT DE 71,3 MILLIONS DE DOLLARS POUR L’ANNÉE ÉCOULÉE 31 DÉCEMBRE 2020
    • La croissance organique de SECURE et le capital d’expansion en 2020 de 53,0 millions de dollars était principalement liée à l’oléoduc East Kaybob, le deuxième réseau de collecte de pétrole de la société. Ce projet s’aligne sur notre stratégie sous-jacente qui consiste à accroître la stabilité de nos flux de trésorerie grâce à des contrats à long terme et à des honoraires fixes pour les flux de trésorerie des services. Au cours de l’année précédente, SECURE a dirigé 103,4 millions de dollars vers des projets de croissance et d’expansion des infrastructures intermédiaires, y compris les conduites d’eau, le stockage du pétrole brut, et la capacité de traitement et d’élimination supplémentaire de diverses installations existantes.
    • Capital de soutien de 9,1 millions de dollars pour l’année écoulée 31 décembre 2020, a diminué de 8,4 millions de dollars de l’année précédente. SECURE s’engage à maintenir la discipline en matière de capital alors que nous traversons cette crise, tout en continuant à assurer l’intégrité et la sécurité de nos actifs pour une durabilité à long terme.
  • LA FLEXIBILITÉ FINANCIÈRE
    • Au cours de l’année écoulée 31 décembre 2020la société a remboursé ses facilités de crédit en 54,9 millions de dollars. La diminution de 12 % du montant total tiré est principalement le résultat des efforts de SECURE pour diriger les flux de trésorerie disponibles discrétionnaires, nets du programme d’investissement 2020, vers l’encours de la dette au cours de l’année. Au 31 décembre 2020la société avait tiré 399,5 millions de dollars sur ses facilités de crédit, ce qui permet de disposer 330,5 millions de dollarssous réserve des restrictions prévues par le pacte, à partir de 275,7 millions de dollars à l’adresse suivante : 31 décembre 2019.
    • Dans Septembre 2020SECURE a clôturé un amendement à son 130 millions de dollars Deuxième mécanisme de garantie pour prolonger la durée d’un an à 31 juillet 2022. Tous les autres termes, conditions et engagements sont inchangés.
    • Le tableau suivant présente le ratio de la dette senior et totale de SECURE par rapport à l’EBITDA sur douze mois à 31 décembre 2020et 31 décembre 2019. SECURE reste bien en conformité avec tous les engagements liés à ses facilités de crédit à 31 décembre 2020.

31 décembre 2020

31 décembre 2019

Convention

Dette senior par rapport à l’EBITDA

2.2

2.0

3.5

Dette totale par rapport à l’EBITDA

3.2

2.8

5.0

  • DIVIDENDES DE 17,3 MILLIONS DE DOLLARS POUR L’ANNÉE ÉCOULÉE 31 DÉCEMBRE 2020
    • Au cours de l’année écoulée 31 décembre 2020la société a déclaré des dividendes pour un montant total de 17,3 millions de dollars aux détenteurs d’actions ordinaires. Au total, 14,2 millions de dollarsreprésentant un dividende mensuel de $0.0225 (2,25 cents) par action, a été versée avant la 1er mai 2020 réduction. Par la suite, la société a déclaré des dividendes pour un montant total de 3,2 millions de dollarsreprésentant un dividende trimestriel de $0.0075 (0,75 cents) par action.
    • SECURE estime que le partage des flux de trésorerie excédentaires avec les actionnaires est un principe d’affaires fondamental ; par conséquent, la direction et le conseil d’administration de la société continueront à surveiller la politique de dividende de la société en ce qui concerne les prévisions d’EBITDA ajusté, la dette, les dépenses en capital et autres opportunités d’investissement, ainsi que les paiements d’intérêts, de loyers et d’impôts prévus, et chercheront des opportunités d’augmenter le dividende si les conditions commerciales le justifient.
  • LE RENOUVELLEMENT DE L’OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS
    • La société a racheté et annulé 0,3 million d’actions ordinaires au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2020contre 5,4 millions l’année précédente.
    • Au cours du deuxième trimestre 2020, SECURE a renouvelé l’offre publique de rachat dans le cours normal des activités (“NCIB”) initiée en Mai 2018 et renouvelé en 2019. Dans le cadre de l’offre publique de rachat renouvelée, la société peut racheter, de temps à autre, un maximum de 10 796 069 actions ordinaires de la société. Toute action ordinaire achetée dans le cadre de l’offre publique de rachat sera annulée. La période de l’offre publique de rachat renouvelée a commencé le 28 mai 2020et se terminera le 27 mai 2021ou toute autre date antérieure à laquelle l’offre publique d’achat est terminée ou prend fin au choix de la société.
    • L’offre publique d’achat renouvelée offre à la société une alternative d’allocation de capital supplémentaire pour acquérir des actions ordinaires dans des circonstances appropriées. Le conseil d’administration et la direction générale estiment que, de temps à autre, le prix du marché en vigueur des actions ordinaires peut ne pas refléter pleinement la valeur sous-jacente des activités et des perspectives commerciales futures de SECURE. Dans de telles circonstances, le rachat d’actions ordinaires dans le cadre de l’offre publique de rachat représente un investissement intéressant pour la société et une opportunité d’accroître la valeur pour les actionnaires.

LES FAITS MARQUANTS DU QUATRIÈME TRIMESTRE

Les faits saillants de l’exploitation et des finances de la société pour les périodes de trois mois se terminant les 31 décembre 2020 et 2019 peuvent être résumés comme suit :


Trois mois clos le 31 décembre,

(en milliers de dollars, sauf pour les données par action)

2020

2019

Variation en

Recettes (à l’exclusion de l’achat et de la revente de pétrole)

118,606

156,998

(24)

Achat et revente de pétrole

356,109

596,073

(40)

Total des recettes

474,715

753,071

(37)

EBITDA ajusté (1)

36,640

46,894

(22)


Par action ($), de base

0.23

0.30

(23)

(Perte nette) revenu net attribuable aux actionnaires de SECURE

(37,794)

2,658

(1,522)


Par action ($), de base et diluée

(0.24)

0.02

(1,300)

Flux de trésorerie provenant des activités d’exploitation

42,305

49,401

(14)


Par action ($), de base

0.27

0.31

(13)

Flux de trésorerie libre discrétionnaire (1)

26,259

30,310

(13)


Par action ($), de base

0.17

0.19

(11)

Dépenses d’investissement (1)

8,944

31,769

(72)

Dividendes par action ordinaire

0.0075

0.0675

(89)

Total des actifs

1,424,579

1,647,651

(14)

Passif à long terme

553,673

624,739

(11)

Actions ordinaires – fin de période

158,700,373

156,460,158

1

Moyenne pondérée des actions ordinaires





De base

158,664,323

157,097,902

1


Dilué

158,664,323

159,430,711

(1) Voir “Mesures non conformes aux principes comptables généralement admis”. pour plus d’informations.


  • REVENUS DE 474,7 MILLIONS DE DOLLARS POUR LES TROIS MOIS ÉCOULÉS 31 DÉCEMBRE 2020
    • Les recettes du segment “Midstream Infrastructure” (hors achat et revente de pétrole) ont diminué de 40 %, à 47,2 millions de dollars au cours des trois mois écoulés 31 décembre 2020 à partir de la période comparative de 2019. La réduction des volumes de forage, d’achèvement et de production dans les installations de la société a eu un impact négatif sur les revenus du traitement et de l’élimination. La réduction des volumes globaux, aggravée par la baisse des prix du pétrole brut et des liquides au cours des trois mois qui se sont terminés le 31 décembre 2020La crise financière a également eu un impact négatif sur la récupération du pétrole et sur les recettes de commercialisation du pétrole brut par rapport à la période de l’année précédente.
    • Revenus d’achat et de revente de pétrole pour les trois mois écoulés 31 décembre 2020a diminué de 40 % par rapport à la période de comparaison de 2019, pour s’établir à 356,1 millions de dollars. La diminution des recettes résulte d’une baisse de 26 % du prix de référence du pétrole léger canadien au cours de la période de trois mois terminée le 31 décembre 2020 sur la période comparative de 2019, combinée à une réduction des activités de commercialisation en raison de la baisse des volumes de production et des possibilités plus limitées de travailler avec nos clients pour optimiser les prix en utilisant de multiples flux de pétrole brut et de condensats dans les installations intermédiaires de SECURE.
    • Les recettes du segment Gestion de l’environnement et des fluides ont diminué de 8 % au cours des trois mois écoulés 31 décembre 2020 de la comparaison de 2019 à 71,4 millions de dollars. La réduction des activités de forage et de complétion dans le BSOC a entraîné une diminution des recettes générées par les lignes de service soutenant ces activités. L’augmentation des revenus générés par les produits chimiques de production, grâce à l’attribution de plus d’appels d’offres et à l’augmentation de la part de marché, à l’augmentation des travaux de remise en état et de démolition en cours d’un trimestre à l’autre et à la diversification des clients en dehors de l’industrie du pétrole et du gaz, a partiellement compensé l’impact de la baisse des revenus.
  • EBITDA AJUSTÉ DE 36,6 MILLIONS DE DOLLARS POUR LES TROIS MOIS ÉCOULÉS 31 DÉCEMBRE 2020
    • L’EBITDA ajusté a diminué de 22 % à 36,6 millions de dollars au cours des trois mois écoulés 31 décembre 2020 de la période comparative de 2019, principalement en raison de la baisse des recettes décrite ci-dessus, partiellement compensée par des réductions de coûts et une 3,9 millions de dollars la récupération enregistrée dans le coût des ventes et les frais généraux et administratifs ; A les dépenses liées à l’arme à impulsions enregistrées au cours du trimestre de l’année en cours.
  • PERTE NETTE ATTRIBUABLE AUX ACTIONNAIRES DE LA SOCIÉTÉ SECURE DE 37,8 MILLIONS DE DOLLARS POUR LES TROIS MOIS ÉCOULÉS 31 DÉCEMBRE 2020
    • La perte nette attribuable aux actionnaires de SECURE s’est élevée à 37,8 millions de dollars au cours des trois mois écoulés 31 décembre 2020par rapport à un revenu de 2,7 millions de dollars pour la période comparative de 2019. L’écart est principalement dû à 34,4 millions de dollars des charges de dépréciation hors trésorerie enregistrées sur les immobilisations corporelles, comme décrit ci-dessus, déduction faite de l’impact fiscal associé. La société a également comptabilisé 5,1 millions de dollars des charges de restructuration au cours des trois mois écoulés 31 décembre 2020.
  • DES FLUX DE TRÉSORERIE PROVENANT DES ACTIVITÉS D’EXPLOITATION DE 42,3 MILLIONS DE DOLLARS POUR LES TROIS MOIS ÉCOULÉS 31 DÉCEMBRE 2020
    • La société a généré des flux de trésorerie provenant des activités d’exploitation de 42,3 millions de dollars au cours des trois mois écoulés 31 décembre 2020Le nombre d’emplois dans le secteur de l’énergie a diminué de 14 % par rapport à la période de comparaison de l’année précédente. L’impact de la baisse de l’EBITDA ajusté a été partiellement compensé par les variations du fonds de roulement hors trésorerie au cours de la période correspondant à la baisse des niveaux d’activité. SECURE a porté le total du fonds de roulement net à 31 décembre 2020de 63,8 millions de dollars, en baisse de 125,3 millions de dollars à l’adresse suivante : 31 décembre 2019.
  • DES DÉPENSES D’INVESTISSEMENT DE 8,9 MILLIONS DE DOLLARS POUR LES TROIS MOIS ÉCOULÉS 31 DÉCEMBRE 2020
    • Total des dépenses d’investissement pour les trois mois écoulés 31 décembre 2020 inclus 6,1 millions de dollars de la croissance organique et du capital d’expansion liés principalement aux coûts de construction du dernier segment de l’oléoduc East Kaybob.
    • Capital de soutien engagé au cours des trois mois écoulés 31 décembre 2020 de 2,6 millions de dollars concerne principalement l’entretien des puits et des installations.

LES POINTS FORTS DU SEGMENT DES INFRASTRUCTURES DE MILIEU DE GAMME


Trois mois clos le 31 décembre,

Douze mois se terminant le 31 décembre,

($000’s)

2020

2019

Variation en

2020

2019

Variation en








Recettes des services d’infrastructure intermédiaires (a)

47,203

79,150

(40)

200,724

307,431

(35)

Achat et revente de pétrole

356,109

596,073

(40)

1,363,982

2,440,071

(44)

Recettes des infrastructures intermédiaires

403,312

675,223

(40)

1,564,706

2,747,502

(43)








Coût des ventes à l’exclusion des éléments indiqués ci-dessous

19,166

30,261

(37)

76,353

118,623

(36)

Amortissements et dépréciations

25,429

19,392

31

94,487

74,132

27

Déficience

34,401

100

34,401

100

Achat et revente de pétrole

356,109

596,073

(40)

1,363,982

2,440,071

(44)

Coût des ventes des infrastructures intermédiaires

435,105

645,726

(33)

1,569,223

2,632,826

(40)








Marge bénéficiaire sectorielle (1)

28,037

48,889

(43)

124,371

188,808

(34)








Marge bénéficiaire sectorielle (1) en % des recettes (a)

59%

62%


62%

61%









(1) Calculé comme les recettes moins le coût des ventes, à l’exclusion des amortissements. Se référer à la rubrique “Mesures non GAAP” pour plus d’informations.

  • Les recettes générées par les services d’infrastructure en milieu de chaîne (Midstream Infrastructure) s’élèvent à 47,2 millions de dollars a diminué de 40% pour les trois mois écoulés 31 décembre 2020de la période comparative de 2019. Cette diminution est due à la baisse des volumes de traitement et d’élimination liés aux activités de forage et d’achèvement. Les volumes d’eau produite, de traitement d’émulsion et d’élimination dans les installations de traitement intermédiaire de la société ont également diminué, principalement en raison du déclin naturel de la production dans le BSOC, de la poursuite des arrêts de production dans les Dakota du Nordet des volumes de débordement limités de la part des producteurs ayant la capacité de traiter leur propre produit. Les facteurs susmentionnés ont également eu un impact négatif sur les revenus du pétrole récupéré, aggravé par la baisse des prix réalisés sur le pétrole récupéré. La baisse des prix du brut et des liquides et la réduction des écarts de prix ont également limité la hausse de l’optimisation des prix dans les oléoducs de la société connectés au FST par rapport aux trois mois terminés le 31 décembre 2019ce qui a entraîné une réduction des recettes de la commercialisation du pétrole brut.
  • Revenus des services d’infrastructure en milieu de chaîne pour les douze mois écoulés 31 décembre 2020de 200,7 millions de dollars a diminué de 35 % par rapport à la période comparative de l’année précédente. L’impact de la baisse des prix du pétrole et de la diminution correspondante des niveaux d’activité et des possibilités de commercialisation du pétrole brut depuis le deuxième trimestre de 2020 a été partiellement compensé par l’augmentation des volumes de traitement et d’élimination au cours des deux premiers mois de l’année, résultant principalement des ajouts d’infrastructures en 2019, y compris les conduites d’eau de production ajoutées à Gold Creek et Tony CreekLe pétrole brut est stocké à Kerrobert et Cushing et le Pipestone ainsi que divers agrandissements d’installations existantes.
  • Les volumes d’élimination ont diminué de 46% et 34% au cours des trois et douze mois écoulés 31 décembre 2020Les données relatives à la production d’eau potable et à la consommation d’eau potable sont basées sur les périodes comparatives respectives de 2019, en raison des arrêts de production, du stockage de l’eau de production en vue de son achèvement prévu pour 2021 et de la diminution des volumes d’eaux usées correspondant à une activité d’achèvement limitée des producteurs. Les arrêts de production dans les régions d’exploitation de la société au cours du deuxième trimestre de 2020, qui se sont poursuivis au cours du dernier semestre de l’année en Dakota du Nord. La plus grande stabilité des installations d’évacuation des eaux de la société, reliées par des canalisations aux volumes contractuels, a contribué à réduire partiellement la diminution globale des volumes d’évacuation. Au cours des douze mois écoulés 31 décembre 2020l’impact des réductions des activités de forage, d’achèvement et de production sur les volumes d’élimination à partir de Mars 2020 a été partiellement compensée par des niveaux d’activité plus élevés d’une année sur l’autre au cours des deux premiers mois de l’année.
  • Les volumes traités ont diminué de 42 % et 23 % au cours des trois et douze mois écoulés 31 décembre 2020La diminution des volumes de traitement des déchets correspondant à la baisse des activités de forage et d’achèvement des travaux à partir de 2019 s’explique principalement par la baisse des volumes de traitement des déchets. Mars 2020. Les volumes de traitement des émulsions ont également diminué en raison de la baisse des niveaux de production globaux, notamment dans les Dakota du Nord où les arrêts de production du deuxième trimestre ont été plus lents à revenir en ligne.
  • Les volumes de pétrole récupérés grâce à nos opérations de traitement ont diminué de 48% et 31% au cours des trois et douze mois écoulés 31 décembre 2020Les volumes reçus par les installations de traitement en milieu de chaîne de la société ont diminué, de même que les volumes totaux reçus par les installations de traitement en milieu de chaîne de la société. L’impact de la baisse des volumes sur les revenus pétroliers récupérés a été aggravé par la baisse du prix de référence du pétrole pour les périodes de l’année en cours.
  • Le volume des terminaux et des oléoducs de pétrole brut est resté relativement stable au cours des douze mois écoulés 31 décembre 2020 à partir de 2019 malgré les arrêts de production en début d’année. La baisse marginale de 7 % est principalement due à la réduction du nombre de terminaux de certaines installations en raison de la baisse de la production, partiellement compensée par l’ajout de l’oléoduc East Kaybob en Juin 2020et la stabilité des volumes associés aux contrats Kerrobert oléoduc de pétrole brut. Pour les trois mois écoulés 31 décembre 2020Le volume des terminaux et des oléoducs de la société a diminué de 21 %, la baisse des volumes de terminaux ayant plus que compensé la stabilité relative des oléoducs de la société.
  • Les recettes provenant de l’achat et de la revente de pétrole dans le segment des infrastructures intermédiaires ont diminué de 40 % et 44 %, pour s’établir à 356,1 millions de dollars et 1,4 milliard de dollars pour les trois et douze mois écoulés 31 décembre 2020Les résultats de l’enquête sont présentés dans le tableau ci-dessous, à partir des périodes comparatives respectives de 2019. La diminution sur les trois et douze mois s’est terminée le 31 décembre 2020correspond à la baisse des prix de référence du pétrole, aggravée par la réduction des activités de commercialisation par rapport aux périodes comparatives de l’année précédente.
  • La marge bénéficiaire du segment Midstream Infrastructure a diminué de 43 % et de 34 %, pour s’établir à 28,0 millions de dollars et 124,4 millions de dollars pour les trois et douze mois écoulés 31 décembre 2020Les résultats de l’enquête sont présentés dans le tableau ci-dessous, à partir des périodes comparatives respectives de 2019. En pourcentage des revenus des services d’infrastructure intermédiaires, la marge bénéficiaire du secteur était de 59 % pour les trois mois clos le 31 décembre 2009. 31 décembre 2020Le taux de chômage est passé de 62% pour les trois mois écoulés à 31 décembre 2019. L’écart est principalement dû à la baisse des recettes et des facteurs de composition des services, partiellement compensée par des réductions de la structure des coûts fixes et des subventions salariales.
  • Pour les douze mois écoulés 31 décembre 2020La marge bénéficiaire du segment en pourcentage des recettes (hors achat et revente de pétrole) a été de 62 %, contre 61 % l’année précédente. Cet écart positif est principalement dû aux réductions de coûts qui ont commencé à prendre effet en Avril 2020Cette baisse a été partiellement compensée par le mix de services, y compris la réduction des recettes de marketing et des marges de mélange associées, en raison de la diminution des possibilités d’optimisation par rapport à l’année précédente.
  • Les dépenses de G&A ont diminué de 56% et de 35% à 2,8 millions de dollars et 17,9 millions de dollars pour les trois et douze mois écoulés 31 décembre 2020Les résultats de l’enquête sont présentés dans le tableau ci-dessous, à partir des périodes comparatives respectives de 2019. Cette diminution est principalement due à la baisse des frais de personnel, y compris le bénéfice des subventions salariales principalement liées à l’arme à impulsions, et aux mesures strictes de contrôle des coûts limitant les dépenses discrétionnaires. En excluant l’amortissement, les frais généraux et administratifs en pourcentage des revenus de services du secteur ont été de 4 % et 7 %, respectivement, pour les trois et douze mois terminés le 31 décembre 2009. 31 décembre 2020contre 7 % pour les trois mois et les douze mois écoulés 31 décembre 2019.
  • Perte avant impôt de 34,9 millions de dollars et 27,2 millions de dollars pour les trois et douze mois écoulés 31 décembre 2020 a été principalement le résultat de charges de dépréciation hors trésorerie de 34,4 millions de dollars comptabilisée en diminution des immobilisations corporelles dans les trois mois clos le 31 décembre 2020La hausse des coûts de production et des coûts d’exploitation, combinée à la baisse de la marge bénéficiaire du segment et à l’augmentation des charges d’amortissement pour la période 2020. En outre, le segment Midstream Infrastructure a subi des coûts de restructuration de 0,2 million de dollars et 4,1 millions de dollars pour les trois et douze mois écoulés 31 décembre 2020respectivement, concernant le dimensionnement correct des effectifs de la société par rapport aux niveaux d’activité prévus et la rationalisation des processus commerciaux entraînant la suspension ou la cessation de certaines fonctions.

SEGMENT DE LA GESTION DE L’ENVIRONNEMENT ET DES FLUIDES


Trois mois clos le 31 décembre,

Douze mois se terminant le 31 décembre,

($000’s)

2020

2019

Variation en

2020

2019

Variation en








Recettes de la gestion de l’environnement et des fluides

71,403

77,848

(8)

258,950

305,774

(15)








Coût des ventes à l’exclusion des éléments indiqués ci-dessous

53,185

59,804

(11)

200,145

243,379

(18)

Amortissement, épuisement et dépréciation

10,941

12,526

(13)

37,647

45,706

(18)

Déficience

15,723

100

Gestion de l’environnement et des fluides Coût des ventes

64,126

72,330

(11)

253,515

289,085

(12)








Marge bénéficiaire sectorielle (1)

18,218

18,044

1

58,805

62,395

(6)








Marge bénéficiaire sectorielle (1) en % des recettes

26%

23%


23%

20%









(1) Calculé comme les recettes moins le coût des ventes, à l’exclusion de l’amortissement et de l’épuisement. Se référer à la rubrique “Mesures non GAAP” pour plus d’informations.

  • Le chiffre d’affaires du segment Gestion de l’environnement et des fluides a diminué de 8 % et de 15 %, à 71,4 millions de dollars et 258,9 millions de dollars pour les trois et douze mois écoulés 31 décembre 2020Les résultats de l’enquête sont présentés dans le tableau ci-dessous, à partir des périodes comparatives respectives de 2019. La réduction des dépenses des producteurs au cours des périodes 2020 a entraîné une diminution des activités de forage et de complétion, une baisse des volumes de déchets de forage dans les décharges de la société et une demande de gestion des fluides associée au forage et à la complétion. Les revenus de la réhabilitation des sites ont été minimes en 2020, car le déploiement plus lent des programmes de relance gouvernementaux a retardé les travaux en 2021.
  • L’ampleur de la baisse des revenus dans le segment de la gestion de l’environnement et des fluides a été partiellement atténuée par l’augmentation des revenus provenant des produits chimiques de production, la société continuant à remporter de nouveaux appels d’offres et à gagner des parts de marché. SECURE possède une expérience et une expertise dans les principaux domaines de production où les producteurs ont été les plus actifs dans le BSOC. En conséquence, la société peut fournir des solutions sur mesure et des formulations de produits améliorées qui optimisent la production, assurent l’écoulement et maintiennent l’intégrité des actifs de production. En outre, la stabilité des opérations sous contrat dans le Fort McMurray l’augmentation du volume d’emplois liés aux projets environnementaux pour les clients en dehors de l’industrie pétrolière et gazière, et la demande continue de services de conseil en environnement ont contribué à compenser l’impact de la réduction des activités de forage et d’achèvement sur ce segment.
  • La marge bénéficiaire sectorielle a augmenté de 1 % et a diminué de 6 % pour atteindre 18,2 millions de dollars et 58,8 millions de dollars pour les trois et douze mois écoulés 31 décembre 2020 à partir des périodes comparatives respectives de 2019. Pour les trois mois clos le 31 décembre 2020La marge bénéficiaire du segment en pourcentage des recettes de 26% a augmenté par rapport à 23% pour la période comparative de l’année précédente. L’augmentation de la marge bénéficiaire est principalement due à la combinaison des services, à l’impact des subventions salariales et aux réductions des coûts fixes qui ont commencé à prendre effet au deuxième trimestre.
  • Pour les douze mois écoulés 31 décembre 2020La marge bénéficiaire du segment en pourcentage des revenus a augmenté à 23 %, contre 20 % au cours de la période comparative de l’année précédente, en raison d’une plus grande proportion de travaux à marge plus élevée qui comprenait des volumes accrus de travaux de projets environnementaux et de travaux de stimulation chimique de la production au cours du deuxième semestre de 2020. Les subventions salariales et les réductions des coûts fixes qui ont commencé à prendre effet au deuxième trimestre ont également contribué à l’amélioration de la marge bénéficiaire du segment.
  • Les dépenses de G&A ont diminué de 31% et 34% à 5,0 millions de dollars et 19,3 millions de dollars pour les trois et douze mois écoulés 31 décembre 2020Les résultats de l’enquête sont présentés dans le tableau ci-dessous, à partir des périodes comparatives respectives de 2019. La diminution est principalement attribuable à la baisse des coûts liés au personnel et à la réduction des dépenses discrétionnaires, car la Société gère les coûts de manière à ce qu’ils correspondent aux niveaux d’activité actuels du secteur. En excluant l’amortissement, les frais généraux et administratifs, en pourcentage des produits du secteur, se sont élevés à 6 % pour les trois mois et les douze mois terminés le 31 décembre 2020contre 9 % pour chacune des périodes comparatives précédentes.
  • Le segment Environnement et gestion des fluides a enregistré une perte avant impôts de 1,0 million de dollars pour les trois mois écoulés 31 décembre 2020une amélioration de la 0,9 million de dollars par rapport aux trois mois écoulés 31 décembre 2019. Cette augmentation est le résultat d’une augmentation de la marge bénéficiaire du segment, d’une diminution des frais de G&P et d’une baisse des frais de DD&P opérationnels, partiellement compensée par des frais de restructuration de 3,3 millions de dollars. Pour les douze mois écoulés 31 décembre 2020la perte avant impôt du segment de 23,7 millions de dollars augmenté 10,6 millions de dollars principalement en raison d’une charge de dépréciation hors trésorerie de 15,7 millions de dollars enregistrée au premier trimestre 2020, ainsi que des coûts de restructuration de 9,5 millions de dollars engagés dans le cadre d’une restructuration organisationnelle.

PERSPECTIVES

Les prix du pétrole brut ont commencé l’année en hausse, atteignant un sommet sur 12 mois en Février 2021 suite à l’annonce de réductions de production à court terme par Arabie Saouditeet un optimisme renouvelé quant à l’augmentation de la demande d’énergie avec le déploiement des vaccins COVID-19 en cours. Toutefois, la poursuite des verrouillages à court terme de COVID-19, les variantes de COVID-19 et les préoccupations à plus long terme concernant l’approvisionnement créent une incertitude considérable quant aux perspectives des prix du pétrole et des liquides. Néanmoins, avec ses résultats pour 2020, la société a démontré que l’infrastructure intermédiaire de SECURE et les offres de services basées sur la production génèrent de solides flux de trésorerie qui sont durables lorsque les prix des matières premières et les niveaux d’activité sont bas, ce qui place la société en position de réussite en cas de ralentissement économique à plus long terme.

Sur la base des conditions macroéconomiques actuelles et des prix des produits de base, SECURE s’attend à ce que :

  • Une stabilité continue de notre activité principale d’infrastructure intermédiaire, dont environ 35 % est soutenue par des volumes contractuels associés aux oléoducs et aux aqueducs de la société, ce qui fournit un niveau de base de flux de trésorerie. De plus, les activités de SECURE restent fortement concentrées sur les volumes de production et les services connexes qui représentent historiquement environ 75 % de l’EBITDA ajusté de la société.
  • Augmentation des flux de trésorerie des producteurs résultant de l’amélioration des prix des produits de base. En conséquence, la société s’attend à une augmentation des activités de forage et de complétion à partir des niveaux de 2020, car les producteurs cherchent à augmenter leur production pour compenser les déclins naturels qui se produiront en 2020 afin de maintenir des niveaux de production stables. SECURE prévoit que les producteurs resteront concentrés sur le contrôle des coûts et l’amélioration de la solidité du bilan en faveur d’une croissance de la production à court terme. À moyen terme, l’optimisme quant à l’augmentation de la production grâce à l’expansion et/ou à l’optimisation de la ligne 3 et de la Trans Mountainqui devraient fournir une capacité supplémentaire de plus d’un million de barils de pétrole brut par jour au cours des prochaines années, devrait continuer à stimuler l’activité dans le BSOC. En outre, les terminaux d’exportation de gaz naturel liquéfié canadiens proposés devraient augmenter les exportations de gaz naturel produit selon les normes ESG de classe mondiale au cours des cinq prochaines années.
  • Utilisation accrue de nos installations et décharges de l’infrastructure intermédiaire, car l’augmentation des volumes de forage, d’achèvement et de production due à l’augmentation des niveaux d’activité nécessite un traitement, une transformation et une élimination. La majorité de notre réseau d’actifs à long terme est située dans des zones de ressources riches en pétrole léger et en liquides à fort impact, où les producteurs devraient être les plus actifs dans le BSOC en 2021. La société a la capacité d’augmenter le débit des installations et l’élimination avec un minimum de coûts fixes supplémentaires, ce qui devrait permettre d’améliorer l’absorption des coûts.
  • L’augmentation des activités d’abandon, d’assainissement et de remise en état, principalement au cours du second semestre de 2021 et en 2022, en raison de l’initiative du gouvernement fédéral canadien $1La Commission a adopté un plan de relance de 0,7 milliard d’euros pour aider à financer la fermeture et la remise en état des puits orphelins et inactifs du BSOC. SECURE s’attend à ce que l’augmentation des activités d’abandon, d’assainissement et de remise en état ait un impact positif sur toutes les opérations canadiennes pendant la durée du programme, en particulier au sein de notre groupe de gestion de l’environnement, en raison de la demande accrue d’évaluations environnementales de sites, de travaux d’abandon, d’assainissement et de remise en état sur place et de travaux de démantèlement. Les volumes de déchets résultant de ces activités devront également être éliminés ; SECURE possède et exploite six décharges industrielles en Alberta capable de gérer ces déchets.
  • Progression des initiatives ESG au sein de l’industrie pétrolière et gazière canadienne à mesure que la demande de sources d’énergie produites de manière responsable augmente. Canada dispose des meilleures pratiques en matière de sécurité, d’environnement et de société, ainsi que des ressources naturelles nécessaires pour devenir un fournisseur fiable d’énergie produite de manière durable. En plus de travailler avec nos clients pour défier ce qui est possible et développer des solutions innovantes qui sont à la fois rentables et minimisent les impacts environnementaux associés au développement de nos ressources partagées, SECURE continuera à prendre des mesures proactives pour réduire l’impact environnemental de nos propres opérations, et contribuer positivement à la santé, la sécurité et le bien-être économique de nos employés et des communautés où nous vivons et travaillons.
  • La consolidation en cours dans l’industrie du pétrole et du gaz, les producteurs s’efforçant de rester compétitifs. La consolidation permet aux producteurs d’éliminer les coûts redondants et de réaliser des économies d’exploitation, de renforcer leur bilan et d’accéder à de nouveaux capitaux, ce qui leur permet d’atteindre une croissance qui ne serait pas possible autrement. Cette situation devrait profiter à SECURE de plusieurs façons, notamment
    • Réduction du risque de contrepartie ;
    • Des volumes et une utilisation plus importants dans les installations existantes ;
    • Amélioration des économies d’échelle pour soutenir les coûts de construction et de raccordement des oléoducs et des aqueducs et augmentation des volumes grâce aux oléoducs ou aux infrastructures supplémentaires de tiers ;
    • des partenariats à long terme pour soutenir la construction et l’exploitation de nouvelles infrastructures intermédiaires ; et
    • Accélération du nettoyage des responsabilités environnementales de l’industrie.
  • Poursuivre son approche prudente en matière de dépenses d’investissement. La société a établi un programme d’investissement de 15 millions de dollars pour 2021, qui comprend 12 millions de dollars du capital de soutien. Le budget d’investissement sera réexaminé tous les trimestres en 2021 et pourra être révisé en fonction des possibilités de relier les producteurs aux infrastructures intermédiaires existantes afin d’augmenter encore les volumes et l’utilisation à long terme.
  • Pour profiter des lignes de services spécifiques de la société qui n’ont pas de flux de revenus récurrents ou liés à la production. Avec l’amélioration des prix des matières premières et l’augmentation des dépenses des producteurs prévue cette année, ces lignes de service devraient augmenter le flux de trésorerie disponible discrétionnaire de la société, qui peut être affecté à la dette pour renforcer le bilan de SECURE, ou fournir un capital supplémentaire pour la croissance continue des infrastructures intermédiaires, et/ou pour soutenir des rachats d’actions opportunistes.

Les facteurs ci-dessus devraient entraîner une augmentation, d’année en année, des flux de trésorerie disponibles discrétionnaires. Tout au long de 2021, SECURE continuera à se concentrer sur le maintien de la résilience financière et à donner la priorité au remboursement de la dette et aux rachats opportunistes d’actions en fonction des conditions du marché. La société reste bien positionnée pour répondre aux besoins du marché à mesure que les niveaux d’activité augmentent. L’activité de SECURE est particulièrement bien placée pour apporter des avantages économiques et environnementaux qui rendent l’industrie pétrolière et gazière plus efficace et plus durable. Nous nous engageons à aider nos clients en travaillant de manière transparente avec eux pour identifier les opportunités où nous pouvons fournir des solutions innovantes qui aident leurs objectifs de développement responsable, tout en réduisant les coûts. Nous pensons que le fait de rester concentrés sur cette stratégie contribuera en fin de compte à notre succès à long terme, malgré les défis du marché rencontrés en cours de route.

ÉTATS FINANCIERS ET M.D.A.

Les états financiers consolidés vérifiés de la société et les notes y afférentes pour les exercices clos les 31 décembre 2020 et 2019 et le MD&A pour les trois et douze mois clos les 31 décembre 2020 et 2019 sont disponibles immédiatement sur le site web de SECURE à l’adresse www.secure-energy.com. Les états financiers consolidés vérifiés et le MD&A seront disponibles demain sur SEDAR à l’adresse www.sedar.com.

DÉCLARATIONS PROSPECTIVES

Certaines déclarations contenues dans le présent document constituent des “déclarations prospectives” et/ou des “informations prospectives” au sens des lois sur les valeurs mobilières applicables (collectivement appelées “déclarations prospectives”). Lorsqu’ils sont utilisés dans le présent document, les mots “peut”, “devrait”, “pourrait”, “aura”, “a l’intention”, “planifie”, “anticipe”, “croit”, “estime”, “s’attend à”, et autres expressions similaires, en rapport avec SECURE, ou sa direction, sont destinés à identifier les énoncés prospectifs. Ces déclarations reflètent les vues actuelles de SECURE et ne sont valables qu’à la date du présent document.

En particulier, ce document contient ou implique des déclarations prospectives concernant, sans s’y limiter : les attentes de la direction en ce qui concerne la durée de la pandémie COVID-19 et les restrictions connexes et l’effet connexe sur la demande de pétrole, l’équilibre entre l’offre et la demande, et nos activités en général ; les perspectives des prix du pétrole et des liquides ; les dépenses des producteurs et l’impact de celles-ci sur les niveaux d’activité de SECURE ; l’industrie du pétrole et du gaz naturel au Canada et aux États-Unis, y compris les niveaux d’activité de forage, d’achèvement et de production pour 2021 et au-delà dans les zones d’exploitation de la société, et l’impact connexe sur les activités, les opérations et les résultats financiers de SECURE ; l’augmentation des flux de trésorerie discrétionnaires d’année en année ; l’effet des conditions économiques actuelles sur la demande future des services de SECURE et l’impact sur les flux de trésorerie de SECURE et les charges de dépréciation des actifs à long terme ; la résilience financière de SECURE et les priorités de l’entreprise, y compris le remboursement de la dette et le rachat d’actions, et les stratégies pour réaliser ces priorités ; l’augmentation des coûts de restructuration ; les avantages des contrats et/ou des contrats de rémunération à l’acte sur les flux de trésorerie de SECURE et la stabilité prévue de ces sources ; les avantages des volumes de production concentrés sur le flux de trésorerie de SECURE et la stabilité prévue de ces sources de flux de trésorerie ; le calendrier et la stabilité des contributions des nouveaux projets ; l’augmentation de la sortie des pipelines dans le BSOC au cours des prochaines années, les projets de GNL, et l’impact sur les activités de forage, d’achèvement, de production et d’exportation de pétrole et de gaz et le calendrier de ces activités ; l’expansion ou l’optimisation des pipelines et autres infrastructures et l’impact correspondant sur la capacité des pipelines ; la capacité des installations existantes de la Société ; l’augmentation du débit de la Société dans les installations existantes et les coûts y afférents ; Le Canada normes ESG ; l’impact que la consolidation des sociétés de production de pétrole et de gaz peut avoir sur les activités, les opérations et les résultats de la société ; l’impact que le fonds des puits orphelins et inactifs du gouvernement fédéral canadien peut avoir sur les activités, les opérations et les résultats de la société ; l’augmentation des activités d’abandon et de remise en état dans l’industrie du pétrole et du gaz et l’effet connexe sur les résultats des opérations de SECURE et leur calendrier ; la capacité de la société à contrôler les coûts et à aligner la structure de coûts de la société sur les niveaux d’activité prévus dans l’industrie ; les impacts et les montants prévus des réductions de coûts et de dépenses d’investissement de la société ; les programmes de dépenses d’investissement proposés par la société pour 2021, y compris la croissance et l’expansion et les dépenses d’investissement de maintien ; les paiements de dividendes futurs et les économies de trésorerie prévues résultant de la réduction des paiements de dividendes en espèces de la société ; les possibilités futures d’augmenter les paiements de dividendes ; le montant et le calendrier des programmes de relance du gouvernement et l’effet connexe sur les opérations de la société ; le service de la dette ; et la capacité de la société à respecter ses obligations et engagements et à fonctionner dans le cadre de toute restriction des facilités de crédit, y compris les engagements financiers liés à nos facilités de crédit ; la suffisance de la liquidité de la société et les attentes selon lesquelles nos investissements en capital, notre fonds de roulement, le remboursement de la dette, les rachats d’actions et les dividendes en espèces seront financés par les flux de trésorerie générés en interne ; les niveaux de risque de crédit de la société ; les avantages escomptés que les clients recevront de nos solutions intermédiaires et environnementales ; les facteurs clés du succès de la société ; la demande pour les services et les produits de la société ; les fondamentaux de l’industrie qui déterminent le succès des opérations de base de SECURE ; les besoins futurs en capitaux et la manière dont la société entend financer ses opérations, ses besoins en fonds de roulement, ses dividendes et son programme de capital.

Les déclarations prospectives sont basées sur certaines hypothèses que SECURE a formulées à cet égard à la date du présent document concernant, entre autres, les éléments suivants l’impact de COVID-19, y compris les réponses des gouvernements qui s’y rapportent et la baisse des prix de l’énergie à l’échelle mondiale sur les niveaux d’activité et les volumes de production de l’industrie pétrolière et gazière (y compris en raison des variations de l’offre et de la demande causées par COVID-19 et des actions des pays membres et non-membres de l’OPEP) ; le succès des opérations et des projets de croissance de SECURE ; la position concurrentielle de la société demeurant essentiellement inchangée ; les coûts d’acquisition et de maintien en activité futurs n’augmenteront pas de manière significative par rapport aux coûts d’acquisition et de maintien en activité passés ; que les contreparties respectent les contrats en temps voulu ; qu’aucun événement imprévu n’empêche l’exécution des contrats ou l’achèvement et l’exploitation des installations concernées ; qu’il n’y a pas de coûts matériels imprévus liés aux installations et aux activités de la société ; et que les lois et règlements en vigueur en matière de réglementation, de fiscalité et d’environnement s’appliquent.

Les déclarations prospectives impliquent des risques et des incertitudes importants, connus et inconnus, ne doivent pas être considérées comme des garanties de performances ou de résultats futurs et ne constituent pas nécessairement des indications précises quant à la réalisation de ces résultats. Les lecteurs sont avertis de ne pas se fier indûment à ces déclarations car un certain nombre de facteurs pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des résultats évoqués dans ces déclarations prospectives, notamment les facteurs mentionnés dans la rubrique “Facteurs de risque” de la notice annuelle. En outre, les effets et les impacts de l’épidémie de COVID-19, la baisse rapide des prix mondiaux de l’énergie et le temps nécessaire pour réduire de manière significative la menace mondiale de COVID-19 sur les activités de SECURE, l’économie et les marchés mondiaux sont inconnus à l’heure actuelle et pourraient faire en sorte que les résultats réels de SECURE diffèrent sensiblement des énoncés prospectifs contenus dans le présent document.

Bien que les déclarations prévisionnelles contenues dans ce document soient basées sur ce que la société estime être des hypothèses raisonnables, la société ne peut garantir aux investisseurs que les résultats réels seront conformes à ces déclarations prévisionnelles. Les énoncés prospectifs contenus dans le présent document sont expressément qualifiés par la présente mise en garde. À moins que les lois sur les valeurs mobilières applicables ne l’exigent autrement, SECURE n’a pas l’intention, ni l’obligation, de mettre à jour ces énoncés prospectifs.

MESURES NON PRÉVUES PAR LE PACTE

La société utilise des principes comptables généralement acceptés dans Canada (le “GAAP” de l’émetteur), qui comprend les normes internationales d’information financière (“IFRS”). Ce communiqué de presse contient certaines mesures supplémentaires, telles que le flux de trésorerie disponible discrétionnaire, la marge bénéficiaire sectorielle, l’EBITDA ajusté et la marge EBITDA ajustée, qui n’ont pas de signification standardisée telle que prescrite par les IFRS. Ces mesures sont destinées à compléter les résultats fournis conformément aux normes IFRS. La société estime que ces mesures fournissent des informations supplémentaires utiles aux analystes, aux actionnaires et aux autres utilisateurs pour comprendre les résultats financiers, la rentabilité, la gestion des coûts, les liquidités et la capacité de la société à générer des fonds pour financer ses activités. Toutefois, elles ne doivent pas être utilisées comme alternative aux mesures IFRS car elles n’ont pas de signification standardisée selon les IFRS et peuvent donc ne pas être comparables à des mesures similaires présentées par d’autres sociétés. Voir le MD&A disponible à l’adresse suivante www.sedar.com pour plus de détails, y compris les rapprochements des mesures non conformes aux PCGR et des mesures supplémentaires conformes aux PCGR avec les mesures les plus directement comparables calculées conformément aux IFRS.

À PROPOS DE LA SÉCURITÉ

SECURE est une entreprise publique du secteur de l’énergie cotée à la Bourse de Toronto (“TSX”) qui fournit des solutions de pointe aux sociétés pétrolières et gazières de l’ouest du pays. Canada et certaines régions de les États-Unis (“U.S.”) grâce à son réseau d’installations de traitement et de stockage en milieu de chaîne, de pipelines de pétrole brut et d’eau, et de terminaux ferroviaires situés dans les principales zones de ressources de l’ouest des États-Unis. Canada, Dakota du Nord et Oklahoma. Les opérations de base des infrastructures intermédiaires de SECURE génèrent des flux de trésorerie provenant du traitement et de l’élimination de la production pétrolière, de l’élimination de l’eau de production et du stockage, de la logistique et du marketing du pétrole brut. SECURE fournit également une gestion complète de l’environnement et des fluides pour l’élimination des décharges, l’abandon, la remise en état et la récupération des sites, le forage, l’achèvement et les opérations de production pour les producteurs de pétrole et de gaz dans l’ouest du Canada.

________________________

i

Les flux de trésorerie disponibles discrétionnaires, la marge bénéficiaire sectorielle, l’EBITDA ajusté et la marge EBITDA ajustée sont des mesures non conformes aux PCGR. Veuillez vous référer à la section “Mesures non conformes aux PCGR” du présent document.

ii

Veuillez vous référer à la section “Liquidité et ressources en capital” du MD&A pour plus de détails sur le calcul des engagements de la société.

SOURCE SECURE Energy Services Inc.

Pour plus d’informations : René Amirault, président du conseil d’administration, président et directeur général, tél : (403) 984-6100, Fax : (403) 984-6101 ; Allen Gransch, directeur général, Midstream, Tél : (403) 984-6100, Fax : (403) 984-6101 ; Chad Magus, vice-président exécutif et directeur financier, Tél : (403) 984-6100, Fax : (403) 984-6101, Site web : www.secure-energy.com ; Symbole TSX : SES

Liens connexes

www.secure-energy.ca

En savoir plus sur les prix immobilier